Isabelle Bergeron La chorale est un programme de L’espoir, c’est la vie, organisme pionnier dans le soutien qu’il apporte aux patients et à leurs familles pour les aider à bien vivre à tous les stades de la maladie.

Tous les lundis, les membres de Les voix de l’espoir se rassemblent en préparation de l’un de leurs deux concerts annuels. Les choristes, dont quelques-uns sont de Ville Mont-Royal, ont en commun d’être en traitement ou en rémission du cancer. Ici, la musique et le chant servent de médicament et l’ambiance est tout sauf triste.

La démarche artistique est rigoureuse puisqu’elle aboutit chaque année à des spectacles bondés de conjoints, d’enfants, de petits-enfants et d’amis. On en vient presque à oublier qu’en dessous de tout ce travail, il y a également une dimension thérapeutique.

«L’aspect psychologique et émotionnel doit faire partie du traitement. Être dans le plaisir et dans l’instant présent est essentiel. Nous ne nous définissons pas par notre maladie, mais par le plaisir que nous avons à faire des choses ensemble», précise Michèle Hekimi, professeure de biologie à la retraite et chanteuse de formation.

Les voix

Chaque semaine, dans la maison de l’organisme L’espoir c’est la vie, basé à Côte-des-Neiges, ils se réunissent non pas pour parler de leur maladie, mais pour chanter à pleine voix.

«Souvent, ils n’ont pas de voix, ne savent pas chanter ou lire la musique. Cela ne nous cause aucun problème puisque tout le monde peut s’y joindre. Ils apprennent à l’oreille», mentionne-t-elle en souriant.

La plupart des participants restent longtemps dans la chorale, leur moyenne d’âge est élevée et il y a six fois plus de femmes que d’hommes.

«Au début nous n’avions aucune voix masculine. Maintenant, nous avons cinq hommes. Notre choriste la plus âgée, récemment décédée, avait 96 ans», mentionne la cofondatrice de Les voix de l’espoir.

L’espoir

Au fil des ans, ils ont perdu quelques choristes, mais être ensemble les aide à passer au travers de ses épreuves. Quant à Michèle Hekimi, lorsqu’elle a commencé à s’impliquer dans Les voix de l’espoir, elle ignorait qu’un an plus tard elle serait elle-même face à un diagnostic de cancer. Elle est maintenant en rémission depuis 10 ans.

«Lorsque l’on est ensemble, on ne parle pas tellement de nos bobos. S’exprimer, chanter, faire sortir sa voix et rire est bon pour la santé. On en ressort énergisé», précise-t-elle. Il n’est pas rare de voir arriver des choristes directement de l’hôpital ou de leurs traitements de chimiothérapie lors des répétitions.

Les membres de la chorale parlent français, anglais, indonésien, haïtien, espagnol, russe et philippin. Lors de leur concert bénéfice Fantaisie d’été, on y entendra entre autres La mer de Charles Trenet, La langue de chez nous d’Yves Duteil Nella Fantasia, Fly Me to The Moon et bien sûr What A Wonderful World.

L’organisme L’espoir c’est la vie, qui soutient le chœur Les voix de l’espoir, a été fondé en 1982. Sa mission est d’aider les personnes atteintes du cancer en leur offrant du soutien psychologique, des ateliers de toutes sortes, de l’art thérapie et des groupes d’entraide.

Fantaisie d’été, le dimanche 27 mai, à 14h30, à l’église Our Lady of the Annunciation (1020, boulevard Laird), Ville Mont-Royal.

Pour plus d’infos

514 340-3616

514 340-8255

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!