Gracieuseté- Studio SPG Le Pigeon La directrice générale et conservatrice, Nathalie Bondil, a propulsé la popularité du Musée des beaux-arts de Montréal et travaille à ajouter une nouvelle aile d'exposition.

Deux Outremontais ont reçu la plus haute distinction de la Ville de Montréal. Directrice du Musée des Beaux-arts de Montréal (MBAM), Nathalie Bondil s’est vue décerner l’insigne de chevalière alors que le grade de commandeur a été attribué au Dr Michel Chrétien.

«Recevoir le prix des mains d’une mairesse muséologue, c’est vraiment inédit et sympathique. Je n’aurais jamais pu l’imaginer», commente par courriel Mme Bondil, en ce moment à l’extérieur du pays.

La Ville reconnaît le leadership de la Montréalaise d’adoption pour avoir donné une impulsion au MBAM. Depuis son arrivée à la tête du musée, il y a dix ans, la fréquentation a connu une hausse de 200%, atteignant 1,3 million de visiteurs en 2017. En plus de presque doubler sa superficie, l’institution a aussi enrichi sa collection, qui compte maintenant 43 000 œuvres.

«Je vois nos réalisations comme les résultats d’une communauté de professionnels, de donateurs, de bénévoles et d’amis nombreux. Ce qui me touche le plus est le large soutien populaire dont bénéficie le musée qui, sans être populiste, continue d’innover tous azimuts», analyse Mme Bondil, pour qui la médaille de l’Ordre revient à toute son équipe.

Nouvelle aile

L’expansion du MBAM se poursuivra encore pour les deux prochaines années alors qu’une nouvelle section s’y greffera. L’étage supérieur du pavillon Jean-Nicolas-Desmarais accueillera l’an prochain l’Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble qui présentera une sélection des arts anciens et actuels provenant d’un peu partout dans le monde, visant à favoriser la compréhension de la diversité culturelle.

«Ces galeries repenseront une histoire de l’art, décentrée et globalisée. […] Outre certains trésors venus des quatre continents, je souhaite croiser les dialogues avec les arts du Québec et du Canada pour refléter notre monde globalisé. Je veux renforcer la lecture transhistorique et interculturelle, entre les différentes cultures du passé et notre actualité», explique la directrice, qui voit ces futures galeries à l’image de Montréal, la cosmopolite.

La réalisation du projet va de l’avant grâce au soutien financier du fondateur de GardaWorld, Stéphan Crétier, et de son épouse, Stéphany Maillery.

Célèbre théorie

Entré dans le dictionnaire le Petit Larousse Illustré 2018, le médecin endocrinologue Michel Chrétien reçoit maintenant les honneurs de la Ville de Montréal pour son importante percée scientifique.

Le chercheur de l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) est l’auteur de la théorie des prohormones, promulguée en 1967. Elle porte sur le processus de fabrication de certaines hormones qui peuvent être plus actives une fois coupées. Deux décennies plus tard, le professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal a découvert qu’elles étaient coupées et activées par des enzymes.

Ses recherches ont apporté un éclairage sur les causes de certaines maladies comme le diabète, l’obésité, le cancer, le cholestérol, les maladies cardiovasculaires et l’Alzheimer.

En 1976, le scientifique a découvert l’hormone du cerveau la plus connue, le bêta-endorphine.

L’Ordre de la Ville de Montréal a été remis cette année à 17 personnalités de divers domaines.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!