Gracieuseté C’est la première fois que le Cambridge University Wind Orchestra fait une tournée en Amérique du Nord. Il sera en concerts à Québec, Ottawa et Montréal.

Au pied et au sommet du Mont-Royal, à l’ombre du monument Sir Georges-Étienne Cartier et au chalet du Mont-Royal, deux concerts gratuits en plein air d’orchestres de types harmoniques seront présentés au début juillet. La tradition revivra avec la première tournée nord-américaine du Cambridge University Wind Orchestra, et L’Harmonie de Laval.

Les deux ensembles privilégient la même approche musicale et ont aussi la même mission.

«On mise sur le plaisir de jouer de la musique et de faire découvrir des répertoires. Les musiciens ne visent pas de carrières professionnelles, mais ne sont pas non plus des amateurs», précise Daphnée Bisson, présidente du conseil d’administration de l’Harmonie Laval qui a été mandatée par la Ville de Montréal afin d’organiser ces événements.

Flûtes, clarinettes, saxophones, trompettes, trombones et les sections de percussions donnent à ces orchestres des présences et personnalités distinctes.

«Leurs prouesses musicales sont très visibles. Les doigts agiles, les mouvements des coulisses et les élans physiques des percussionnistes donnent de beaux spectacles à voir», précise la porte-parole.

Répertoires variés

Le Cambridge University Wind Orchestra est rattaché à la célèbre université. Ils recrutent des étudiants en musique, mais également, lorsqu’il reste des places, des gens de leur communauté.

L’ensemble offrira des classiques tels que Persistance de Richard L. Saucedo, Paris Sketches de Martin Ellerby ou Cartoon de Paul Hart.

Pour ce qui est de l’Harmonie de Laval, composée d’une soixantaine d’artistes, elle n’a pas à rougir devant sa sœur européenne puisqu’elle existe depuis une décennie de plus et s’est forgée, elle aussi, une réputation enviable dans son genre.

«Ils offrent un répertoire très varié qui va de la musique de film à des classiques de la musique d’harmonie et même des clins d’œil à la musique de fanfare», mentionne Mme Brisson.

Lors de leur spectacle, l’ensemble interprétera des pièces allant de An American In Paris de George Gershwin, Star Wars de John Williams, mais également des succès de groupes tels qu’Earth Wind & Fire et Beau Dommage.

En un mot, la musique harmonique est comme un orchestre symphonique sans les cordes. C’est un peu comme de la musique de fanfare, mais sans la parade.

Pavillon historique

Le pavillon où se produira l’Harmonie de Laval a été érigé en 1928 et rénové en 1973. Longtemps abandonné  à la rouille et aux graffitis, c’est à grands frais, après cinq ans de travaux, qu’il a finalement été réinauguré en 2016 et rebaptisé à la mémoire de l’écrivain montréalais Mordecai Richler.

Cambridge University Wind Orchestra, 5 juillet, 19h30, au belvédère du chalet du Mont-Royal. Harmonie Laval, 12 juillet, 19h30, au pied du Mont-Royal (avenue du Parc)

Pour plus d’infos (Facebook)

@HarmonieLaval

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!