Bientôt évincés de leurs locaux, les centres de la petite enfance (CPE) Le Pitchounet et Frisson de Colline peuvent souffler un peu alors que l’arrondissement d’Outremont a ciblé des emplacements pour les relocaliser. Le premier pourrait s’établir au deuxième étage des bureaux de la Sécurité publique sur Van Horne tandis que le second pourrait construire un bâtiment sur un terrain vacant de l’îlot Saint-Viateur.

«Ça nous aide énormément parce qu’on n’avait aucun, aucun endroit», indique Lucie Ruel, la directrice du CPE Frisson de Colline, qui compte 80 places.

Les élus ont adopté deux avis de motion, le 6 août, demandant au Service de la gestion et de la planification immobilière de la Ville de Montréal de conclure rapidement une transaction avec les deux garderies. Le maire Philipe Tomlinson espère que les négociations aboutiront à un accord avant la fin de l’année.

Pour répondre à la croissance du nombre d’élèves, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys exige que Frisson de Colline quitte l’école secondaire Paul-Gérin-Lajoie d’ici le 30 avril tandis que Le Pitchounet doit délaisser l’école primaire Lajoie d’ici le 30 juin.

Sans l’aboutissement de ces projets de relocalisation dans Outremont, ils devront fermer leurs portes puisque les places accordées par le ministère de la Famille sont en fonction d’un territoire et ne peuvent être déplacées ailleurs.

Travaux

La location des bureaux de la Sécurité publique d’Outremont (SPO) prendra la forme d’un bail emphytéotique, c’est-à-dire une longue période pendant laquelle l’arrondissement demeure propriétaire, mais le CPE est responsable de tous travaux.

La direction du Pitchounet privilégie une durée de 40 ans afin de cadrer avec les règles budgétaires du gouvernement et s’assurer que Québec paye pour la totalité du réaménagement des lieux.

«Pour un bail de moins de 40 ans, notre CPE devrait assumer les coûts de rénovation, du moins en grande partie, et comme nous sommes une OSBL, nous n’aurions pas suffisamment d’argent. Il y a beaucoup de travaux à faire», évoque la directrice, Lise Ouellette.

Une rencontre est prévue le 15 août entre un représentant du ministère de la Famille et des membres de la garderie au sujet du financement du projet.

Mme Ouellette précise que les locaux de l’avenue Van Horne offrent une dimension intéressante pour recevoir les 66 enfants et peut-être même pour y accueillir des poupons alors que Le Pitchounet dessert une clientèle de 18 mois à 5 ans.

Si le déménagement se concrétise, la SPO sera relocalisée au Centre communautaire intergénérationnel.

Du côté de Frisson de Colline, le projet est d’ériger un nouveau bâtiment de deux étages, entièrement financé par le ministère de la Famille, près du 1311 avenue Saint-Viateur.

Le conseiller d’arrondissement d’Ensemble Montréal, Jean-Marc Corbeil, voudrait que le futur immeuble puisse servir à la fois à d’autres organisations.

«On n’a pas le droit de faire autre chose qu’un CPE. On est réglementé par le ministère, précise toutefois Mme Ruel. Et c’est nous qui l’entretenons, c’est tout le CPE qui assume les coûts.»

Elle assure que la garderie prendra le minimum d’espace du terrain. Outremont souhaite d’ailleurs toujours aménager un parc face à la Maison internationale des arts de la marionnette.

Roulottes

Même si le projet va rondement, le nouvel immeuble sera inauguré bien après le 30 avril. Frisson de Colline devra alors vivre une relocalisation temporaire, dont l’emplacement reste encore à déterminer.

«On va devoir être probablement dans des roulottes parce qu’on n’a pas d’espace à prix abordable qui réponde aux critères du ministère. Ce sont des modulaires, comme pour les écoles, mais adaptés aux garderies», explique Mme Ruel.

Le Pitchounet pourrait aussi devoir déplacer ses activités dans des roulottes en attendant la fin du chantier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!