L'Express d'Outremont/Mont-Royal – Isabelle Bergeron Le laitier Cédric Moisan

Tous les lundis matins, le camion bleu et blanc de la famille Moisan sillonne les rues résidentielles de Ville Mont-Royal. À son bord, l’un des derniers laitiers à domicile de Montréal qui livre aux portes chez près de 250 familles monteroises chaque semaine.

Distribution Moisan en est à la quatrième génération de laitier. Cédric Moisan a suivi les traces de son père Patrick ainsi de son arrière-grand-père et de son grand-père, Réal Berthelet, qu’il a accompagné sur la route durant son enfance.

«J’ai toujours eu une piqûre pour ça», admet le jeune homme de 31 ans. À la sortie du secondaire, il souhaitait toutefois devenir électricien, mais un accident de la route l’a forcé à revoir ses plans et à travailler dans une usine.

«Mais je me disais que je n’allais pas être dans une shop toute ma vie, ça ne m’intéressait pas, même si les avantages étaient bons. Un entrepôt a fermé et j’ai perdu ma job. C’est là que j’ai dit à mon père: « je pense que je vais embarquer avec vous autres »», raconte Cédric Moisan.

Il a développé sa clientèle et pris le relais de son grand-père qui a pris sa retraite à l’âge de 69 ans. En avril, ce fut autour de son frère de joindre la livraison de lait.

Diversifier

L’entreprise dessert les quartiers de VMR depuis au moins une vingtaine d’années et plusieurs clients lui sont fidèles depuis ce temps. Le travail du laitier a cependant bien évolué, notamment la gamme de produits.

«Quand mon grand-père a commencé, c’était du lait en bouteille et de la crème. Aujourd’hui, ils ont sorti du lait aux amandes, de soya et sans lactose parce qu’il y a de plus en plus d’intolérance. Les ventes du lait sans lactose augmentent», observe Cédric.

Pour tirer son épingle du jeu, Distribution Moisan doit aussi proposer de l’eau, du jus, du yogourt, du beurre et des œufs.

Les nouvelles technologies facilitent également la tâche des laitiers dont les journées commencent au beau milieu de la nuit. Les clients sont nombreux à passer leur commande par courriel ou texto.

«Avant, tu devais sonner à la porte de chaque client et il te donnait leur commande. Maintenant, tu les as d’avance, tu les prépares le matin. Tu sauves du temps», fait-il valoir.

Expansion

Après quelques semaines de formation, Gilles Richard est le nouveau laitier responsable de la livraison à domicile à Ville Mont-Royal.

À l’époque de Réal Berthelet, à cheval dans les rues d’Outremont il y a 50 ans, tout le monde avait son laitier. En 2018, ceux qui optent pour ce service recherchent la fraîcheur du lait, mentionne Cédric Moisan.

«Moi, c’est toujours frais du matin parce que je charge tous les jours. Mon roulement est tellement énorme que je n’ai jamais de perte et toujours des bonnes dates», soutient-il.

Si le métier de laitier se fait rare, Distribution Moisan a le vent dans les voiles. À preuve, elle ouvrira bientôt une nouvelle route à Terrebonne et a embauché un quatrième livreur. Après quelques semaines de formation, Gilles Richard est le nouveau laitier de VMR.

Cédric Moisan reconnaît que la croissance de l’entreprise passe surtout du côté du commercial alors que le volet résidentiel s’essouffle. Depuis le printemps, la compagnie a mis la main sur deux parcours à VMR et Saint-Laurent qui desservent de nombreuses places d’affaires, comme des restaurants et des services de garde.

Le distributeur a tout de même bien l’intention de poursuivre sa livraison à domicile alors qu’il s’aperçoit que d’autres les imitent, dont les épiceries.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!