David W. Blatherwick Mélangeant l’abstrait et la réalité les toiles de l’exposition The Orb Cycle : Chapitres 1, 2 et 3 de l’artiste David W. Blatherwick seront en vedette à la Galerie d’art d’Outremont jusqu’au début octobre.

David W. Blatherwick est de retour au Québec après un exil de 15 ans à Toronto et aux États-Unis. Nouvellement engagé en tant que professeur à l’école des arts visuels et médiatiques à l’UQAM, il présente sa première exposition, The Orb Cycle : chapitres 1, 2 et 3, à la Galerie d’Art d’Outremont.

«The Orb, en français, est une toile tissée par une araignée. C’est grâce à elle si elle ressent toutes les vibrations lorsqu’un insecte s’y piège. J’aimais cette analogie, car elle ressemble à mon approche artistique. Je suis sensible à tout ce qui arrive autour de moi», explique David W. Blatherwick.

Ce natif de Toronto, qui avait une formation en design, rêvait depuis son enfance de vivre au Québec. Inspiré par des amis artistes de la scène montréalaise, il a abandonné vers 28 ans sa carrière pour faire une maîtrise aux beaux-arts à l’UQAM. Il n’a depuis jamais regretté son choix d’être artiste-peintre.

Changement

Quant aux chapitres 1, 2 et 3, ils font référence à trois séries de toiles exposées. Tout comme les chapitres d’un livre, elles racontent une portion récente de sa vie tout en ouvrant la porte aux chapitres à venir. En tout, il expose une quinzaine de toiles, de formats petits , moyens et très grands.

«À Montréal je suis reconnu en tant que peintre abstrait, cela sera un choc pour ceux qui me connaissent. Je suis de plus en plus représentatif. La nature, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, le corps et les visages humains m’intéressent beaucoup», mentionne l’artiste qui avoue, en souriant, aimer se promener au bord de l’abîme entre les deux styles.

Artiste prisé

Ses toiles peintes à l’huile se retrouvent dans les collections de la Banque du Canada, du Musée d’art contemporain de Montréal et de grands collectionneurs privés.

«J’ai un intérêt pour toutes les formes de peintures, mais je dirais que depuis les cinq dernières années, je me reconnais dans le mouvement du fauvisme du XXe siècle. Cette génération de peintres (Matisse, Van Gogh, Derain) qui avait choqué le monde avec leurs couleurs», précise l’artiste-peintre qui ne manque pas de couleur, ni ses tableaux.

David Blatherwick, fin cinquantenaire, s’est aménagé un atelier chez lui. Il peint entre 20 à 50 toiles par année, jonglant sa carrière artistique avec celle d’enseignant.

«Avec les années, peindre est de plus en plus intéressant pour moi. Je me sens plus solide. Ça doit être le vin», dit-il en riant de bon cœur le nouveau résident de Saint-Henri, qui comptera bientôt 30 ans de carrière.

The Orb Cycle : chapitres 1, 2 et 3 sera sa première exposition au Québec depuis les 10 dernières années.

13 septembre au 7 octobre, mardi au vendredi de 13h à 18h, samedi et dimanche 13h à 17h, Galerie d’art d’Outremont (41, rue Saint-Just).

Pour plus d’infos

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!