Gracieuseté - Y. Perreault Jean-Philippe Carpentier, alias John Carpenter, se spécialise dans l’interprétation d’Elvis à ses débuts. Il sera en spectacle au Collège Jean-de-Brébeuf.

Si vous êtes de amateurs d’Elvis, Jean-Philippe Carpentier est considéré comme l’un des meilleurs interprètes de l’idole rock au Québec. Il sera en spectacle au Collègue Jean-de-Brébeuf avec A Boy From Tupelo où il incarnera le King alors que sa musique était plus brute.

«J’essaie de présenter la reproduction la plus fidèle qui soit. Les habits de scène, approuvés par Elvis Presley Enterprises, les instruments de musique, les micros, les bijoux et même les souliers sont identiques à ceux de l’époque», mentionne Jean-Philippe Carpentier, qui sera accompagné sur scène par quatre musiciens et autant de choristes.

Chantant plus d’une trentaine de ses grands succès tels que That’s Allright Mama, Hound Dog, Heartbreak Hotel, Suede Shoes et l’incontournable Love Me Tender, l’interprète pousse le détail où d’autres interprètes n’osent généralement aller.

«Entre les chansons, je ne parle qu’en anglais. Je veux faire vivre aux spectateurs ce qu’ils auraient ressenti s’ils avaient assisté à l’un de ses vrais spectacles», explique l’artiste qui fait carrière depuis sept ans sous le pseudonyme John Carpenter.

L’appel

Les parents de Jean-Philippe écoutaient beaucoup de musique rétro. C’est à l’âge de quatre ans, après avoir entendu Jailhouse Rock qu’il a su qu’il voulait suivre cette voie. Un choix confirmé à huit ans alors qu’il assistait avec son père au spectacle Elvis Story.

«Martin Fontaine m’a beaucoup inspiré. Tout comme lui, dès mes débuts, j’ai voulu présenter le King sur scène tel qu’il était à l’époque et non en faire une caricature. J’ai tout lu et tout vu à son sujet», raconte John Carpenter.

Au Québec, les imitateurs d’Elvis sont légion, mais peu d’entre eux décident d’en faire une carrière ou de se mesurer aux autres interprètes de calibres internationaux.

International

«Parmi les personnificateurs les plus connus d’ici, il y a aussi Sylvain Leduc qui incarne Elvis alors qu’il était plus vieux, et moi quand il était plus jeune. On se croise régulièrement dans des compétitions», mentionne M. Carpentier.

Le mois dernier, Jean-Philippe Carpentier a participé au Ultimate Elvis Tribute Contest au Hard Rock Café à Memphis, au Tennessee. Sylvain Leduc s’est classé dans le Top 10, alors que Carpentier est arrivé à deux points de l’anglais Ben Thompson qui a été couronné vainqueur de l’édition 2018 de ce prestigieux concours.

On pourrait croire, étant donné le temps qui passe, que le nombre d’adeptes du King va en décroissant, mais il semble que depuis le 35e anniversaire de sa mort, en 2012, un regain de popularité ait amené de nouveaux fans.

«Les jeunes sont surtout attirés par sa période rock n’roll à la fin des années 1950 et ensuite son retour sur scène lors de son concert télévisé, dans Comeback Special, en 1968», précise Jean-Philippe Carpentier, qui se produit en spectacle partout au Québec et même jusqu’en Floride.

A Boy From Tupelo, d’une durée de deux heures avec entracte, offre une première partie composée du répertoire de 1954 à 1956. L’autre moitié couvre les chansons de la fin de 1956 jusqu’à son départ pour l’armée, en 1958.

Samedi 29 septembre, 20h, salle Jacques-Maurice du Collège Jean-de-Brébeuf (5625, avenue Decelles).

Pour plus d’infos

514 264-4392

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!