Photo: Gracieuseté Dany Gagnon de l’École de réadaptation de l’UdeM se mérite le prix d’excellence pour l’encadrement qu’il offre à ses étudiants.

Dany Gagnon, professeur agréé à l’École de réadaptation de l’Université de Montréal (UdeM), est récipiendaire du prix d’excellence pour l’encadrement aux cycles supérieurs. Redonner à ses étudiants l’accompagnement qu’il a reçu dans son parcours est l’une des motivations du chercheur et enseignant.

Sa vision de l’encadrement, ses aptitudes à recruter et épauler les étudiants, ainsi que son engagement vis-à-vis de ceux-ci font partie des aspects par lesquels Dany Gagnon se distingue depuis son entrée au sein du corps enseignant de l’UdeM, en 2009.

Le professeur a jusqu’à présent dirigé quinze étudiants à la maîtrise, douze au doctorat et cinq au post-doctorat. Quatre résidentes du programme de médecine physique et réadaptation ont par ailleurs complété un stage de recherche sous sa direction, en plus du travail mené par cinquante aspirants à la maîtrise en sciences de la physiothérapie et des passages d’une dizaine d’étudiants étrangers dans son laboratoire de pathokinésiologie.

L’homme considère cette distinction, destinée à souligner l’encadrement qu’il offre aux universitaires des cycles supérieurs, comme une reconnaissance de la part des étudiants et de ses pairs.

«J’ai tout mis en place pour redonner avec succès à la génération qui suit et préparer la relève. Recevoir ce prix me motive énormément et m’amène à vouloir donner encore plus. Ça me confirme que je suis sur la bonne trajectoire, mais me propulse surtout vers de nouvelles questions. À savoir comment je peux faire pour tenter de mieux comprendre, en essayant également d’adapter mon style aux nouvelles générations d’étudiants, observe M. Gagnon. L’objectif est de continuer à offrir un milieu propice à leurs apprentissages.»

Synergie
L’enseignant privilégie une approche hybride qui amalgame des méthodes d’encadrement traditionnelles à d’autres plus modernes. Il a développé des moyens diversifiés et personnalisés en fonction des étudiants au cours des années. L’expérience acquise lui permet de cibler ce qui fonctionne bien et facilite la transmission de son savoir.

«Souvent, je vais former des dyades et des triades d’étudiants pour des projets spécifiques. Dans le cas d’une dyade symétrique, ce serait par exemple des étudiants au doctorat qui travaillent de manière conjointe sur un projet. Alors que pour la dyade asymétrique, on réunit des gens qui sont à des niveaux différents, comme un étudiant à la maîtrise avec un étudiant au doctorat. L’idée est de créer une synergie entre eux, de les mobiliser ensemble autour de thématiques ou de projets et de les motiver dans leur démarche», explique-t-il, ajoutant que l’esprit d’équipe se trouve renforcé.

Dany Gagnon poursuit ses travaux de recherche en parallèle à sa carrière d’enseignant à l’École de réadaptation de l’UdeM. Il est réputé internationalement dans les domaines du contrôle postural et de l’équilibre, de l’analyse des performances fonctionnelles et sportives chez les populations avec atteintes neurologiques ou orthopédiques et des nouvelles technologies et interventions en réadaptation.

Par la remise du prix d’excellence pour l’encadrement aux cycles supérieurs, l’UdeM souligne l’importance qu’elle accorde à la formation et à l’encadrement des étudiants de tous cycles confondus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!