Hugo Lorini Les journaux et le site de petites annonces Kijiji regorgent de fraudes, notamment en ce qui concerne la location d'appartements.
Faux propriétaires, transferts d’argent illégaux et mensonges, les arnaques dans la location d’appartements se font très nombreuses à l’approche du 1er juillet. Ville Mont-Royal n’est pas épargnée, même que les fraudeurs ciblent souvent ce territoire très recherché par les locataires.

Après avoir déniché l’appartement de leurs rêves sur Kijiji ou dans les petites annonces des journaux, plusieurs Monterois vivent finalement tout un cauchemar. C’est le cas notamment de Marie-Chantale Turcotte, qui se cherchait un loyer abordable dans Ville Mont-Royal pour y emménager avec son bébé.

C’est d’abord sur le site web Kijiji, puis ensuite dans les petites annonces d’un journal local que Mme Turcotte avait vu l’offre, qu’elle trouvait alléchante. L’appartement avait tout pour lui plaire. Grand, éclairé, situé dans Mont-Royal où réside la majorité de ses proches et très abordable. Le prix demandé était de 775$ par mois pour un quatre et demi, incluant un stationnement intérieur, Internet, le câble, le chauffage, l’électricité et même tout l’ameublement. «C’était trop beau pour être vrai», admet Marie-Chantale Turcotte, avec le recul.

Fraudeurs rusés

Usant toujours du même stratagème, les fraudeurs réussissent trop souvent à berner leurs victimes. En se camouflant sous un pseudonyme, ils répondent très rapidement aux courriels envoyés par les locataires intéressés. Impossible toutefois d’obtenir un numéro de téléphone pour les joindre.

En plus d’interroger leurs cibles au sujet de leur profession, de leur nationalité et du nombre de personnes allant vivre dans l’appartement, ils exigent un acompte de leur part, «pour éviter un déplacement inutile».

Ensuite, ces faux propriétaires usent d’imagination, pour justifier le fait qu’un rendez-vous en personne avec le locataire est impossible, avant d’empocher l’argent du dépôt et de disparaître dans la nature. Voyages, maladies, problèmes familiaux, toutes les raisons sont bonnes. Dans le cas de Mme Turcotte, le fraudeur prétendait venir tout juste de subir une opération à l’étranger. Comme il ne pourrait pas se déplacer, un ami s’occuperait des visites à sa place. C’est à ce moment que la femme a cessé de communiquer avec lui, à la suite de trop nombreux soupçons.

L’Express tente l’expérience

L’Express a donc décidé d’entrer en contact avec la même personne à qui avait parlé Mme Turcotte, qui prétendait louer un appartement situé sur le Chemin Sunset. Quelques courriels ont été échangés et se sont avérés identiques à ceux qu’avait reçus la Montréalaise.

Nous avons aussi tenté d’organiser une visite de l’appartement en question, avec l’ami de l’annonceur. Il a refusé de prendre rendez-vous, «parce que nous n’avions pas fourni nos informations personnelles ainsi que le chèque demandé». Nous nous sommes tout de même rendus à l’adresse indiquée sur l’annonce. Rencontré sur les lieux, un employé de l’immeuble, qui n’a pas voulu se nommer, a mentionné qu’aucun logement n’était présentement à louer. Le véritable propriétaire de l’endroit, selon le rôle foncier de la Ville, n’avait pas retourné nos appels au moment d’écrire ces lignes.

De leur côté, plusieurs compagnies de déménagement qui font régulièrement affaire dans Mont-Royal ont confirmé à L’Express que ce genre d’arnaques n’est pas rare.

«Ça arrive souvent que des gens y croient jusqu’au bout et que finalement, ils sont une dizaine à avoir fait un dépôt au fraudeur et à déménager au même endroit», a dit Simon Labrie, déménageur depuis plus de dix ans.

Pour sa part, le Service de police de la Ville de Montréal n’a pas voulu commenter ce genre de fraudes, demandant simplement aux gens d’être prudents et de se méfier des annonces qui semblent trop belles pour être vraies.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!