Isabelle Bergeron « Nous devons être capables d'avoir des débats. Un parti sans débat n'est qu'une machine à collecter des fonds et faire des élections», avance Pierre Moreau.
Plus de 70 personnes étaient présentes au club de curling de Mont-Royal mercredi dernier pour rencontrer Pierre Moreau, candidat à la chefferie du Parti Libéral du Québec.

Cet événement était une invitation de Pierre Arcand, qui soutient sa candidature. « Je le trouve formidable, et j’ai toujours eu des relations extraordinaires avec lui. C’est un travailleur, qui sait développer d’excellentes relations au sein d’une équipe et, selon moi, c’est un excellent chef pour le parti et le Québec », a déclaré avec enthousiasme le député de Mont-Royal en présentant Pierre Moreau avant de lancer une invitation à l’assemblée des délégués du 13 février prochain.

« Cette campagne pour le parti est très importante afin que le PLQ revienne rapidement au pouvoir pour maintenir notre qualité de vie», a ajouté Pierre Arcand en terminant son introduction avant de laisser le micro à son candidat. Pierre Moreau a tenu à rappeler que cette course à la chefferie se fait en bonne entente avec ses concurrents Philippe Couillard et Raymond Bachand, qui restent des amis qu’il pourrait bien intégrer dans son équipe gouvernementale si…

Puis il a tenu à préciser ses déclarations sur les Cégeps en rappelant sa volonté d’une politique à l’écoute des jeunes. « Nous devons être capables d’avoir des débats. Un parti sans débat est une machine à collecter des fonds et faire des élections. Nous devons avoir une vision forte pour notre économie. Avec un gouvernement libéral, il s’est créé plus d’emplois ces dix dernières années qu’auparavant.»

Éviter les vieilles recettes

« Selon Einstein, la folie consiste à penser qu’à essayer la même recette, on obtienne des résultats différents. Ma vision de l’économie passe par celle du savoir dont la diplomation est la clé. Le taux de décrochage des garçons est de 21 %. C’est le quart des élèves masculins qui ne se rendent pas à un diplôme du secondaire. À ce jeu-là, nous accusons un retard de quatre points derrière l’Ontario et deux points derrière la moyenne de l’ensemble des provinces canadiennes. Si on n’a pas le courage de se questionner, qui le fera ? »

Et des questions qui empêchent de réfléchir en rond, Pierre Moreau s’en pose et les partage. « Le Québec détient 23 % de l’eau douce mondiale. Il s’agit d’une richesse collective dont les redevances doivent revenir aux Québécois. Mais il y a d’autres ressources comme les gaz de schiste. 23 états américains l’exploitent. Peut-on dire qu’il y a 23 états dans l’erreur ? » Prônant le leadership du gouvernement, il ajoute : « il nous faut un gouvernement qui affirme  »on fait ce qu’on a dit qu’on était pour faire… » »

En abordant le fonds des générations du Québec, Pierre Moreau démontre que les générations X et Y restent très présentes dans sa réflexion et son discours. « Les jeunes ont des idées, ils brassent la cage. Mais il ne faut pas qu’ils perdent la flamme. Il faut leur permettre de proposer, de questionner, d’apporter des idées, et se réapproprier le parti. Dans ce sens je suis pour le financement récurrent de la Commission jeunesse du PLQ. Il faut leur permettre d’être élu, peut-être dans des circonscriptions sûres ou fidèles afin de porter la voix des jeunes au parlement et de renouveler ainsi le personnel politique. Pourquoi ne pas imaginer un mentorat au sein des conseils d’administration, afin de former le personnel du directoire des entreprises. »

Une vision englobante de la société

« Imaginons des partenariats de transfert de connaissance, simplifions l’accessibilité aux études, et ce, que l’on soit étudiant ou adulte. Il faut avoir une vision englobante de la société. L’approche libérale qui défend les valeurs libérales de la social-démocratie, cible la création et la redistribution de la richesse afin de maintenir le filet social.»

« Ainsi en ce qui concerne les laissés-pour-compte, j’ai été l’adjoint de Marc Bellemare quand il était ministre de la justice, rappelle Pierre Moreau, et j’ai participé à la réforme de l’aide juridique pour permettre une meilleure accessibilité à la justice aux moins nantis. »

Et pour conclure sur la manière de faire, Pierre Moreau cite pour exemple l’approche de son ex-collègue Marguerite Blais au ministère des Aînés, « c’est-à-dire une approche horizontale où tous les ministères devaient prendre en compte la réalité des aînés dans le monde moderne.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!