«J’ai besoin de toute l’indépendance nécessaire pour défendre l’intérêt des citoyens d’Outremont», a déclaré la mairesse Marie Cinq-Mars lors de l’annonce de sa démission du parti Union Montréal. Siégeant désormais comme mairesse indépendante, elle ne cache pas sa déception sur les engagements non tenus par la Ville-centre et ce depuis les fusions.

«En 2003, nous avons participé à des ateliers sur le partage des pouvoirs entre les arrondissements et la Ville-centre. Nous étions fiers d’annoncer aux ex-banlieues que nous allions garder une certaine autonomie et les pouvoirs nécessaires afin d’assurer le bon fonctionnement de nos arrondissements et la qualité de nos services de proximité», rappelle la mairesse dans sa lettre de démission.

«Les gens d’Outremont ont choisi de rester dans la ville de Montréal à certaines conditions, nécessaires pour le bon fonctionnement des services de l’arrondissement auprès des citoyens », affirmait Marie Cinq-Mars en entrevue avec L’Express d’Outremont mardi matin. «Une entente, c’est une entente ! Ne pas la respecter, c’est une rupture de contrat !», assène-t-elle.

«À Outremont, on nous retire une à une ces conditions. Outremont a perdu son camion-échelle du Service des incendies, sa Cour municipale; puis ses services des ressources humaines, de l’approvisionnement, de la paie, pour lesquels j’ai contre en 2011. Bientôt ce sera le service informatique puis des services administratifs.»

«Selon un haut fonctionnaire de la Ville-centre, ce n’est qu’un début. Le regroupement des arrondissements est au menu. C’est inacceptable et il faut que les Outremontais le sachent. Si on continue Outremont va devenir une coquille vide. Comme une épée de Damoclès, est-on en train de retirer le titre d’arrondissement à Outremont ? Les gens d’Outremont ont le droit d’avoir leur arrondissement.»

Alors que les élus d’Outremont sont conseillers d’arrondissement, Marie Cinq-Mars est la seule conseillère de ville qui représente l’arrondissement Outremont au conseil municipal de Montréal. «J’en défendrais les intérêts jusqu’à la fin de mon mandat. J’ai donc besoin de toute l’indépendance nécessaire pour défendre l’intérêt des citoyens d’Outremont. Et j’invite les autres conseillers d’outremont à défendre les acquis de notre arrondissement.»

«La Ville de Mont-Royal, qui est un peu notre  »petite sœur » en termes de similarité de services et de population, ne connait pas de gonflement de son appareil administratif, ni de scandale d’aucune sorte. À Mont-Royal, eux n’y ont pas cru pour choisir la défusion. Peut-être ont-ils eu raison?» questionne la mairesse indépendante.

«À Outremont, nous avons opté pour le beau risque. On veut bien partager, mais pas pour créer des postes à la Ville-centre. Au lieu de gonfler coûteusement son appareil administratif, ne suffisait-il pas d’augmenter la dotation budgétaire des arrondissements qui gère selon les urgences et la proximité des problèmes et des enjeux des quartiers ?»

«On nous assure que la centralisation de certains services permet des économies grâce aux ententes-cadres entre les arrondissements pour les approvisionnements, par exemple. Des ententes-cadres, il en existait avant les fusions! Quels sont les vrais chiffres ? On avance des économies de l’ordre de un voire deux millions dans un budget de plusieurs milliards. J’ai demandé à combien se chiffraient ces regroupements de services. À ce jour, je n’ai toujours pas reçu de réponses concernant les chiffres officiels sur ces économies-là. Ma demande est restée lettre morte.»

«S’il est facile de contrôler la gestion des fonds confiés à l’administration d’Outremont, on ne peut pas en dire autant de l’administration centrale de la ville. Qu’il suffise de rappeler qu’en moins de deux, la hausse de taxe du premier budget Applebaum est passée de 3,3% à 2,2%. Pourquoi monsieur Applebaum a-t-il présenté un budget réclamant 3,3 % d’augmentation alors que 2,2 % suffisent maintenant? » Dans ce sens, la mairesse d’Outremont a voté contre le budget 2013 de la Ville de Montréal lundi soir.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!