Gracieuseté Ralph-Edward Goodale
Quand vous composez le 911 pour obtenir de l’aide en cas d’urgence, vous comptez sur une intervention rapide.

Dans la grande majorité des cas (accidents de la route ou crises cardiaques, déversements accidentels ou bâtiments en feu) les premières personnes sur la scène sont les pompiers. Jour après jour, ils mettent leur vie en danger pour sauver celle d’autrui.

Or, depuis déjà plusieurs années, les pompiers canadiens demandent au gouvernement du Canada trois choses simples. Ils méritent une réponse correcte. C’est pourquoi j’ai déposé la motion d’initiative parlementaire M-388 à la Chambre des Communes. Elle doit faire l’objet d’un vote et d’un débat à l’automne.

Chaque année, 18 pompiers en moyenne trouvent la mort dans l’exercice de leurs fonctions. Mais rien n’est prévu pour répondre aux besoins de leur famille s’ils sont tués ou encourent une invalidité permanente dans le cadre de leur travail visant à assurer la sécurité des Canadiens. C’est pourquoi la motion M-388 propose une prestation unique de 300 000 $ en cas de décès ou d’invalidité d’un pompier (ou d’un autre « agent de la sécurité publique »).

En tant que « premiers intervenants » durant des urgences sanitaires (pandémie d’influenza, par exemple), les pompiers sont souvent appelés à être en contact avec des personnes infectées. Comme les médecins, les infirmières et les autres intervenants de première ligne, il leur faut un accès prioritaire aux vaccins et aux autres médicaments pouvant les protéger autant que possible alors qu’ils font leur devoir. Pour l’instant, les lignes directrices fédérales ne prévoient rien de tel. La motion M-388 comblerait cette lacune.

En dernier point, la plupart des gens se sauvent en courant quand un bâtiment prend feu. Mais le travail d’un pompier peut nécessiter exactement le contraire : se jeter parfois dans un enfer de flammes pour sauver des vies. Certains matériaux et techniques de construction risquent d’entraîner des incendies plus rapides atteignant des températures plus élevées, ce qui met la vie des pompiers en danger, notamment durant les interventions de recherche et de sauvetage. La motion M-388 demande à ce que la sécurité des pompiers devienne un objectif du Code national du bâtiment.

Ce sont des propositions modestes, en réponse aux demandes réfléchies et raisonnables des pompiers canadiens. Pour contribuer à veiller sur les courageux pompiers qui se dévouent pour nous en cas d’urgence, encouragez donc votre député fédéral à appuyer la motion M-388.

Sincèrement à vous,

L’honorable Ralph Goodale, C.P.,

Député, Leader adjoint du Parti libéral du Canada

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus