Gracieuseté Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés; Sylvie Belleville, directrice du centre de recherche de l'IUGM; Raymond Bachand, ministre des Finances, ministre du Revenu, ministre responsable de la région de Montréal et député sortant d’Outremont; Jean-Louis Dufresne, président du conseil d'administration de la Fondation de l’Institut de gériatrie de Montréal; Yves Bolduc, ministre de la Santé et des Services sociaux; Me Louis-Alexandre Rail, président du conseil d'administration de l'IUGM; et Marie-France Simard, directrice générale de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM).
De nouveaux espaces pour diffuser de nouvelles connaissances au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM).

L’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) a inauguré en juin dernier les nouveaux espaces destinés à la recherche et à la diffusion de l’expertise en présence d’Yves Bolduc, ministre de la Santé et des Services sociaux; Raymond Bachand, ministre des Finances, ministre du Revenu, ministre responsable de la région de Montréal et député sortant d’Outremont; ainsi que Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés.

Le projet, d’un budget global de 10 706 000$, a été réalisé sans aucun dépassement de coûts ni d’échéancier et a été financé par le gouvernement du Québec (9,3 M$) ainsi que par la Fondation de l’IUGM et ses partenaires (1 370 000$). Il a permis d’adapter un bâtiment datant de 1962.

La portée des travaux d’agrandissement est de 1254 m2 et ceux de réaménagement de locaux existants est de 4873 m2 pour un total de près de 6130 m2 de travaux. L’agrandissement consiste en la construction d’un amphithéâtre. Ce dernier portera le nom d’amphithéâtre Le Groupe Maurice, du nom de son principal donateur, Luc Maurice qui, avec l’aide de ses partenaires, y a investi 600 000$ au nom de ses résidents.

Célébrant ses 30 ans d’existence en 2012, le centre de recherche de l’IUGM regroupe 42 équipes de recherche et est reconnu comme l’un des plus importants en Amérique du Nord et le plus grand de la francophonie sur le vieillissement et la santé des personnes âgées.

Sylvie Belleville, directrice de la recherche, se réjouit de l’ouverture de cet amphithéâtre de 208 places destiné à la diffusion des résultats de recherche. «L’IUGM possède maintenant un lieu pour accueillir des conférences et des colloques scientifiques de grande envergure.»

«Cela favorisera notre positionnement sur la scène nationale et internationale. Ce lieu favorisera surtout le transfert des connaissances vers les autres chercheurs, les cliniciens, mais aussi le grand public, une dimension qui prend une place grandissante dans le travail des chercheurs.»

«Nous allons aussi pouvoir développer de nouveaux thèmes de recherche qui répondent à des enjeux nouveaux dans le contexte du vieillissement tout en déployant de nouvelles plateformes technologiques comme celles qui nous ont permis de mener une recherche de pointe en neuro-imagerie».

Diffuser de nouvelles connaissances

Marie‐France Simard, directrice générale de l’IUGM, a profité de l’occasion pour annoncer le nouveau projet de l’IUGM : développer le tout premier centre de promotion de la santé des aînés.

Ce concept novateur réunira sous un même toit tous les services de cliniciens de l’IUGM en promotion de la santé. Ces services seront basés sur les données probantes de nos chercheurs, véritable fil d’Ariane qui nous permettra de valider et de développer des programmes de promotions véritablement efficaces autour de quatre axes :

- Éducation et diffusion de l’expertise : publications, vidéos, sites Web;

- Intervention : activités physiques, stimulation cognitive, bonne nutrition, ateliers biopsychosociaux;

- Certification : évaluation et certification de la qualité et de la pertinence de produits offerts aux personnes âgées (aliments préparés, logiciels, etc.);

- Formation : de formateurs et d’intervenants.

« À l’IUGM, nous nous intéressons à ce sujet à la fois pour notre clientèle et notre personnel, mais également parce que nous croyons que nous avons un rôle à jouer dans la santé de notre communauté», a commenté Marie‐France Simard.

«Notre souhait est d’offrir une plate‐forme aux chercheurs, aux médecins et aux professionnels de la santé afin qu’ils puissent transmettre leurs connaissances directement à la population et pour réaliser des recherches sur l’efficacité de ces programmes lorsqu’ils sont transférés dans la communauté. Ainsi, les aînés d’aujourd’hui et de demain deviendront des véritables partenaires de leur mieux vieillir.»

La politique gouvernementale Vivre et vieillir ensemble annoncée en mai dernier et tout particulièrement sa deuxième orientation Vivre en santé dans sa communauté est venue confirmer que l’IUGM a choisi une direction porteuse.

L’IUGM en bref

L’IUGM dispose de 452 lits de courte et de longue durée et d’un centre ambulatoire, comprenant notamment l’une des rares cliniques de gestion de la douleur chronique spécialisées chez les aînés, existantes à travers le monde.

Il est le chef de file au Québec dans les pratiques cliniques, les soins spécialisés, la promotion de la santé et le développement des connaissances sur le vieillissement et la santé des personnes âgées. L’IUGM, c’est quelque 1 300 employés, médecins, chercheurs et bénévoles, tous spécialisés dans les soins et les services aux personnes âgées.

Membre du grand réseau d’excellence en santé de l’Université de Montréal, l’IUGM accueille chaque année des centaines d’étudiants, stagiaires et chercheurs du domaine du vieillissement et de la santé des personnes âgées.

(Source: IUGM)

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus