Sylvain Gagnon «Cette danse permet au couple de se comprendre sans avoir à prononcer un seul mot, de se compléter en parfaite complicité», décrit Sylvi Belleau, coordonnatrice du Festival International de Tango de Montréal.
Le tango libre vient de reprendre ce dimanche 1er juillet ses activités au parc Saint-Viateur. Ainsi jusqu’au 2 septembre, chaque dimanche soir dès 19h, chacun pourra apprendre cette danse argentine et sensuelle pour le plaisir de la danse, des yeux… et du corps.

«Le tango est un art multidisciplinaire alliant à la danse, le chant, la musique et même la poésie», affirment les aficionados. Créée il y a plus d’un siècle, cette culture du tango est née dans les ports d’Argentine, une rencontre entre immigrants, et qui a navigué avec tous les bateaux. À l’image du Jazz et du Blues pour les noirs d’Amérique, le tango chante, danse, raconte la nostalgie de l’homme déraciné.

Le Tango est un art de vivre, et une façon d’être. L’esprit du tango dépasserait donc largement le plancher de danse. «C’est une danse de rencontre et d’intimité, qui n’est pas lascive comme la salsa. Le tango se danse coeur à coeur et pas corps à corps», insiste Sylvi Belleau, coordonnatrice du FITM (Festival international de Tango de Montréal)

Pour info, notez que le prochain FITM se déroulera du 10 au 15 juillet prochain et réunira, comme chaque année, les grands maîtres, danseurs et musiciens, du tango argentin, et le grand public montréalais, dont les habitués du parc Saint-Viateur, autour d’une programmation riche en ateliers de formation, concerts, démonstrations et soirées de danse (tous les détails sur http://www.fitm.ca).

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus