(Photo: Archives) Philippe Roy, maire de Mont-Royal, et son équipe municipale inscrivent la protection de l’environnement dans les valeurs de la cité.
Comme à chaque séance du conseil municipal en cette année de centenaire, le maire Philippe Roy a lu quelques « résolutions d’antan » comme il les appelle, des conseils municipaux de Mont-Royal. Les années 1950-1960 étaient à l’honneur le 18 juin.

En février 1953, la compagnie Kraft Food veut s’installer dans le parc industriel, ce qui représente un investissement de l’ordre de 4 millions $ à 5 millions $. Quelques années plus tard, le CN dispose des terrains pour le nouveau pont Cornwall. Et au début des années 1960, on adapte le zonage du futur Centre Rockland.

En novembre 1957, le conseil municipal apprend le décès soudain de Richard Earl Schofield, un des maires emblématiques de Mont-Royal. Enfin en 1962, Mont-Royal célébrait… ses 50 ans!

Philippe Roy a ensuite salué la présence, parmi une quinzaine de citoyens, du commandant François Leblanc, responsable du poste de quartier 24, de Suzanne Caron, coordonnatrice de la Société des festivités du Centenaire et de Jacques McDonald, président de l’Association municipale de Mont-Royal.

Un surplus contre une dette

« 50% du surplus de 2011 sera allouée au remboursement de la dette! », a annoncé le maire Roy. En effet, le conseil municipal a pris la décision de rembourser au complet un emprunt de 2,3 millions $ plutôt que de le refinancer à son échéance prévue en octobre prochain. Cette initiative permettra des économies importantes à terme et se fera par l’utilisation de 50% du surplus de 2011 qui se chiffre à 5 millions $.

Sur cette lancée, le conseil a résolu de créer cette année une réserve financière qui permettra à la Ville de réduire son niveau d’endettement. Cette nouvelle réserve financière sera alimentée annuellement par 15% des excédents budgétaires déclarés au rapport financier de l’exercice précédent.

Les montants ainsi accumulés permettront, lors du refinancement de certaines dettes, de rembourser complètement ou de diminuer les emprunts contractés « L’établissement de ces mesures de réduction du terme confirme notre engagement d’assurer une gestion prudente de l’argent des contribuables », a dit le maire Roy. « En 2005, à la reconstitution de la Ville de Mont-Royal, on avait zéro surplus et on devait une facture d’eau de 5M$ à la Ville de Montréal. Notre surplus est preuve de rigueur dans la gestion financière de la municipalité et ça commence à payer. »

Les résolutions

Daniel Robert a été désigné comme maire suppléant pour le mois de juillet à octobre.

Denis Breton Chevrolet assurera la fourniture et la livraison d’un véhicule hybride (77 799 $). Fortier auto assumera la fourniture et la livraison d’une camionnette cabine simple (43 162 $). Martin Roy & associés veillera au remplacement du réservoir d’eau chaude au 60 avenue Roosevelt (3074 $)

La compagnie Entretien Avantgardiste voit son contrat renouvelé pour l’entretien ménager ici du 180, chemin Clyde (57 450$) et des locaux des 10 et 20 avenue Roosevelt (29 744$)

En ce qui concerne les réglementations le conseil municipal a enregistré l’avis de motion d’un changement du temps alloué à l’arrosage privé qui devra se faire entre 3h et 6h du matin.

À propos des décisions du conseil d’agglomération, Philippe Roy a dit que le dernier conseil avait été plutôt expéditif et sans aucun dossier sensible particulier. « Il y fut surtout question de la fin des travaux de la place des festivals au centre-ville de Montréal avec la phase 3 des quatre programmées. »

Le maire a rappelé que, « dans le cadre de l’entente entre la Ville de Montréal et les municipalités reconstituées, les coûts financiers des manifestations sont actuellement chiffrés entre 10 et 11 millions de dollars, sans oublier les coûts humains puisqu’on a dû faire appel aux policiers de Longueuil et Laval. Ces frais devront être assumés par toutes les municipalités de l’île de Montréal. Toutefois que le maire de Montréal, Gérald Tremblay, fera une demande pour la prise en charge de ces coûts auprès du gouvernement du Québec. Il semble avoir reçu une oreille attentive de la part du ministre Bachand. » Un dossier à suivre…

Un autre dossier plus délicat, c’est le développement du quartier de Griffintown dans l’arrondissement du sud-ouest, pour lequel les villes reconstituées sont mises à contribution dans le cadre de l’agglomération, mais dont les revenus de taxation reviendraient à l’arrondissement du Sud-Ouest. Il y aura donc des représentations politiques à faire sur ce dossier qui est loin d’être clos…

(À suivre…)

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus