(Karina Sanchez/TC Media) Le directeur général du CLD Les 3 Monts, Guy Bazinet, annonce la dissolution définitive du cld pour la fin mars.

La dissolution prochaine du CLD Les 3 Monts viendra compromettre la vitalité économique d’Outremont et de la Ville de Mont-Royal, estime le directeur de l’organisme Guy Bazinet.

Suite à la décision du maire Denis Coderre de fusionner l’ensemble des organismes économiques de la ville en six grands secteurs, ces derniers subissent les contrecoups de ce changement majeur.

Dans le cas du CLD Les 3 Monts, ce dernier est condamné à disparaître. Cela n’ira pas sans affecter la dynamique commerciale et économique d’Outremont et de Ville de Mont-Royal.

Avec l’absence du CLD Les 3 Monts, à l’affût des besoins des commerçants et des petites entreprises depuis 15 ans, il est impossible de prédire si la nouvelle gouvernance en développement économique pourra préserver les acquis du CLD pour ces secteurs.

Commerçants délaissés
Le CLD soutient entre 80 à 100 entreprises en démarrage et post-démarrage à chaque année. L’assistance d’un CLD peut s’avérer déterminante pour une entreprise, lors de ses cinq premières années d’existence, alors que son taux de survie pivote autour de 50%.

«Nous ne recevrons plus de financement à partir du 31 mars, mais nous continuerons de fournir un soutien technique aux entreprises afin de pouvoir bien sceller les dossiers», raconte le directeur M. Bazinet. Le soutien au financement ne sera cependant plus possible à partir de cette date.

«C’est fondamentalement triste, a lancé la mairesse d’Outremont quant à dissolution à venir du CLD. J’ai un gros doute qu’on va pouvoir économiser avec ces fusions. Les exemples du passé ont pu démontrer que la fusion coûte plus cher et qu’on perd en efficacité», a-t-elle ajouté.

Transfert des données et de confiance?
Le directeur du CLD souligne que les dossiers des entrepreneurs seront conservés et transférés éventuellement au nouveau point de service. Mais pour l’instant, «nous ne savons pas où sera localisé ce point». Malgré le partage de données à la nouvelle relève, il demeure que certains acquis sont moins facilement transférables. Notamment les liens de confiance établis avec les entrepreneurs et la connaissance approfondie des «saveurs locales», signale Guy Bazinet. «Nous cherchons à résoudre des préoccupations très locales. On connaît bien nos gens aussi. Est-ce que cela peut se transposer?», se questionne-t-il.

Fusion: réduction de ressources
«Les nouveaux secteurs économiques devront se contenter de travailler avec 45% du budget» habituellement attribué aux CLD, aux SDE et aux CDED, fait noter M. Bazinet. Couper plus de la moitié du budget de ces organismes mènera probablement au renvoi de plus de la moitié des employés de ces milieux, pense le directeur du CLD Les 3 Monts. «C’est une question de mathématique, non pas de volonté», lance-t-il.

Près de 22 personnes sont employées au sein des organismes du secteur Centre-Ouest. Son poste et celui de sa collègue sont instables. «Il n’y a aucune garantie que nous pourrons préserver nos emplois», s’exclame-t-il amèrement.

La mission et les tâches des nouveaux six grands secteurs économiques doivent en principe refléter les mêmes responsabilités assignées à l’ensemble des organismes inclut dans le secteur délimité par la Ville de Montréal.
Mais avec une clientèle plus dense à la portée d’une même instance et moins de ressources à sa disposition, le niveau d’efficacité risque d’être moindre, prédit la mairesse d’Outremont.

Des exemples de réussite
Le CLD Les 3 Monts a contribué à écrire des histoires de réussites avec des entrepreneurs des environs. Parmi quelques grandes marques et entreprises ayant surgi avec le soutien de ce CLD, on peut compter notamment la boisson Pure Vodka, le bac de recyclage pour déchets électroniques Electroba, ou encore l’entreprise sociale La maison Monbourquette destinée aux personnes endeuillées. Le succès inattendu de la boulangerie Mamie Clafoutis en est un autre exemple. Installée a priori à Outremont, cette boulangerie est maintenant présente dans quatre autres quartiers achalandés de Montréal, en moins de six ans.

Le CLD a aussi permis de former l’association des commerçants pour l’avenue Laurier et l’avenue Bernard, et avait débuté des démarches pour en officialiser une autre pour la rue Van Horne.

Président de l’Association des commerçants de Laurier Ouest, Emile Kutlu raconte que depuis trois ans, cette rue commerciale a vu ses locaux vacants être réduits et sa clientèle prend de l’essor. Il se dit «très satisfait» des services du CLD Les 3 Monts. «C’était facile avec eux. Il connaissait nos besoins. M. Bazinet venait nous visiter et était très au courant des faits», relate-t-il d’un ton reconnaissant.

Une aide financière et technique qui ont porté fruits
Pour l’année 2013-2014, 74 entreprises ont été soutenues par le CLD. Parmi elles, 26 entreprises ont bénéficié de subventions ou de prêts totalisant 493 596 $. Ces 26 entreprises ont pu investir à leur tour près de 5 744 632 $, ont créé 20 emplois et maintenu 69 emplois.

Depuis les cinq dernières années seulement, 364 entreprises ont été soutenues par le CLD. Parmi elles, 154 entreprises ont bénéficié de subventions ou de prêts totalisant 2 703 917$.
Au total, ces 154 entreprises ont investi près de 19 512 086 $, ont créé 175 emplois et maintenu 233 emplois.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!