Vanessa Limoges /TC Media «Dans l'immédiat, le campus Outremont n'est pas encore un incitatif pour les commerçants à la recherche, mais plus la date d'ouverture de ce site approchera plus l'impact sera réel», souligne Guy Bazinet, directeur général du CLD Les 3 Monts.

Après l’avenue Laurier et la rue Bernard, c’est au tour des marchands de la l’avenue Van Horne de se réunir en association pour planifier l’arrivée du site Outremont de l’Université de Montréal (UdeM) en 2018.

«D’ici quelques années, des milliers d’étudiants et de professeurs s’installeront à deux pas de Van Horne, il faut être prêts, explique l’un des trois initiateurs du projet d’association, François Bissonnette, fondateur de l’agence immobilière Realta située sur Van Horne. Ce campus va non seulement redynamiser notre avenue, mais le quartier tout entier.»

Le site Outremont de l’Université de Montréal, dont le premier pavillon devrait ouvrir ses portes à la fin de 2018, prendra place sur l’ancienne gare de triage du Canadian Pacific. «D’ici 2030, il accueillera plus de 2500 professeurs, chercheurs et étudiants» explique le porte-parole de l’UdeM, Mathieu Fillion.

L’université prévoit aussi que 75% des déplacements des utilisateurs du nouveau campus se feront en transport collectif et actif, ce qui accentuera l’achalandage de la station de Métro Outremont.

«Et notre défi, c’est de leur donner envie de s’arrêter dans les commerces de Van Horne», lance M. Bissonnette.

Vision d’avenir
L’avenue Van Horne compte 130 places et bureaux d’affaires, «un nombre qui est assez stable depuis plusieurs années. Bien que durant certaines périodes de l’année, il y a un peu plus de locaux vacants sur l’avenue», explique Guy Bazinet, directeur général du CLD Les 3 Monts, qui fermera ses portes le 30 juin prochain.

Une ballade sur l’avenue Van Horne permet de constater que quelques commerces attendent de trouver preneur. La Start-up montréalaise Potloc qui œuvre dans la revitalisation des artères commerciales répertorie actuellement sept locaux vacants entre Hutchison et McEachran sur Van Horne.

«Dans l’immédiat, le campus Outremont n’est pas encore un incitatif pour les commerçants à la recherche, mais il est certain que plus la date d’ouverture de ce site approchera plus l’impact sera réel», souligne M. Bazinet.

Pour M. Bissonnette, «il faut d’abord mettre notre rue en valeur pour que les gens d’affaires voient les opportunités qui seront créées par la Site Outremont».

Pour ce faire, les commerçants entreprendront sous peu de nombreux projets.

De nouvelles initiatives
Une collaboration avec l’Université du Québec à Montréal sera mise de l’avant pour enjoliver le mobilier urbain. «Nous allons installer de nouveaux bancs sur l’avenue et mettre en place de petits îlots de détente pour rendre la vie de quartier plus vivante», explique M. Bissonnette.

Les commerçants souhaitent aussi établir un programme d’affichage avec les propriétaires fonciers pour rendre les vitrines de locaux vacants plus attrayantes. «Il devrait aussi y avoir plus d’éclairage sur l’avenue dès novembre 2015», selon M. Bissonnette.

Les projets initiés par les commerçants seront nombreux dans les prochaines années, mais ils espèrent pouvoir compter sur l’appui de l’arrondissement comme de la Ville pour faciliter la circulation sur l’avenue, où les embouteillages sont importants.

«La Ville de Montréal travaille sur un plan de circulation en ce moment qui devrait engendrer des mesures d’atténuation du trafic», affirme M. Bissonnette.

Les commerçants désirent aussi travailler de pair avec la Ville pendant la réalisation des importants travaux qui se dérouleront sur Van Horne en 2018. «Ce doit être fait intelligemment, il faut que les citoyens aient accès aux commerces pendant les travaux», soutient M. Castonguay.

Capter l’attention
L’avenue Van Horne est composée de commerces de proximité: boulangeries, boucheries, fruiteries, boutiques de vêtements, nettoyeurs, couturiers, coiffeurs, antiquaires. Son offre se démarque de celle des avenues Bernard et Laurier.

Une offre unique qui devra faire place aux commerces de destination selon M. Castonguay.

«Van Horne est une voie de transit. Il faut que l’on puisse capter une clientèle qui passe normalement sans jamais s’arrêter,» explique M. Bazinet.

Bien que les commerçants reconnaissent que la revitalisation de l’avenue ne sera pas une mince tâche, ils sont persuadés que l’avenue connaitra de jours meilleurs.

L’Association des marchands et professionnels de l’avenue Van Horne initiée par Gérard Castonguay, de la boîte de graphisme Formidée, Pierre Fontaine de la Banque Royale et par François Bissonnette de chez Realta, devrait tenir sa première assemblée le 17 juin, pour identifier des projets et établir des échéanciers.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!