Vanessa Limoges /TC Media Le promoteur Olivier Leclerc prévoit construire 198 unités au 1420 Mont-Royal.

Le Rassemblement pour la sauvegarde du 1420 croit qu’il sera impossible pour le promoteur immobilier Olivier Leclerc de vendre suffisamment d’unités de condos pour réaliser son projet alors que Catania, entre 2008 et 2012, aurait réussi à cumuler seulement 10% de promesses d’achat.

«Aucun promoteur sérieux ne va débuter un tel recyclage du 1420 Mont-Royal en condominiums avant d’avoir obtenu 50% de promesses d’achat, explique l’architecte et urbaniste, Jean-Claude Marsan. Ce qui implique une centaine d’entre elles puisque le promoteur actuel prévoit 198 unités.»

Pour M. Marsan, «la référence de Catania est précieuse» puisqu’il soutient que le bâtiment du 1420 Mont-Royal ne se prête pas pour l’aménagement de condos.

C’est pour cette raison que le Rassemblement a fait parvenir une lettre ouverte à différents médias, dont TC Media a reçu une copie le 9 juin dernier, signée par le l’ancien professeur de la Faculté d’aménagement et d’architecture, Jean-Claude Marsan, l’homme politique et professeur, Daniel Turp, ainsi que neuf autres membres du Rassemblement.

«Imaginer que l’université puisse encore faire du profit en vendant le 1420 pour un recyclage en condos est illusoire», peut-on lire dans cette lettre qui se conclut en sommant «le ministre de l’Éducation d’intervenir de toute urgence dans ce dossier».

Une situation particulière
Selon le Rassemblement, l’ancien couvent de la Congrégation des Sœurs-des-Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie laisse très peu de latitude au promoteur pour la construction.

«L’emplacement et la forme hexagonale de l’édifice avec ses deux cours intérieures se prêtent mal à pareille vocation [condos]. Comme son enveloppe extérieure ne peut être modifiée pour des raisons patrimoniales, ce n’est que dans les cours intérieures qu’il est possible d’intervenir. Or celles-ci sont peu ensoleillées et n’offrent guère d’intimité», explique-t-on dans la lettre rédigée par le Rassemblement.

Les membres s’inquiètent que l’université, qui a déjà dépensé des dizaines de millions de dollars en coût d’achat, d’aménagement du centre de recherche sur le Cerveau, la Musique et le Son, en coûts de mises à niveau, de chauffage et d’entretien, ne fasse que s’engouffrer davantage en attendant que 50% des unités du projet du promoteur Olivier Leclerc soient vendues.

Pourtant M. Leclerc déclarait le 14 mai à TC Media qu’il était très confiant de pouvoir mener ce projet à terme, en raison notamment de la forte demande de condos dans Outremont et de la limite de l’offre.

Le porte-parole du promoteur, Paul Wilson du Cabinet de relations publiques NATIONAL, a indiqué qu’aucun commentaire ne sera émis avant que les détails soient finalisés avec la Ville. Le montant de l’offre d’achat n’a toujours pas été rendu public. Il a aussi indiqué que des travaux de désamiantage devraient commencer d’ici la fin juin sans préciser qui paiera la facture.

Le promoteur Olivier Leclerc s’est porté acquéreur du 1420 Mont-Royal le 14 mai dernier pour y construire des condos de luxe. Le bâtiment qui appartenait autrefois à la Congrégation des Sœurs-des-Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie a été vendu à l’UdeM pour 15M$ en 2003.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!