Vanessa Limoges /TC Media Selon le directeur du développement économique de VMR, Yves Gignac, les commerçants du Quartier Design Royalmount bénéficieront grandement du projet de Carbonleo.

Depuis le jour 1, les autorités de Ville de Mont-Royal foncent tête première dans le projet Royalmount de Carbonleo, aussi connu sous le nom de Quinze40, qui, de leur point de vue, revitalisera une zone de leur parc industriel qui attendait le «prochain grand projet».

Il y a huit ans de cela, pour revitaliser son quartier industriel, le CLD Les 3 Monts, l’Association des gens d’affaires et des propriétaires du secteur de la décoration et du design et la Ville de Mont-Royal initiaient un projet qui allait rapidement porter fruits: le quartier design Royalmount.

À l’entrée du parc industriel de Ville de Mont-Royal, le long des avenues Royalmount, Ferrier, Devonshire, etc, logent désormais plus de 70 commerçants œuvrant dans le domaine du design. Des magasins de cuisine, de décor, des galeries d’art qui ont, dans la dernière décennie, encouragé plusieurs autres entreprises à s’installer dans ce secteur de Montréal.

«Il y a 10 ans, un pied carré sur trois était vacant dans notre parc industriel, affirme Yves Gignac, directeur du développement économique de Ville de Mont-Royal, qui  chapeaute le projet quartier design depuis le début. Aujourd’hui, on compte environ 200 commerces dans ce secteur du parc industriel.»

Des commerces qui devraient voir le projet Royalmount s’installer dans leur cour arrière d’ici 2017 et occuper quelque 2.5 millions de pieds carrés répartis sur des terrains vides ou occupés par des immeubles construits au milieu du 20e siècle.

Un vent de renouveau
Développer dans les années 50, le parc industriel de VMR a du se réinventer plus d’une fois.

Le marché manufacturier étant en déclin depuis bon nombre d’années, le commerce de détail a pris de l’expansion, au profit de la municipalité. «Le taux d’inoccupation est présentement en deca de 7% ce qui n’est pas différent du reste de la grande région métropolitaine», souligne M. Gignac.

«Notre parc industriel va mieux, mais n’en demeure pas moins, que les terrains achetés par Carbonleo, qui bordent les commerces du quartier design sont désaffectés ou présentent des immeubles délabrés, explique M. Gignac. Nous aurions fini par y mettre quelque chose, mais avec un budget de développement de 100 000$ par année, ça aurait été beaucoup plus long.»

Pour M. Gignac, le projet de Carbonleo permettra de développer rapidement ce secteur et d’en faire bénéficier les commerces qui l’entourent.   «Ceux qui s’y installent veulent que ça fonctionne et tout de suite pas dans dix ans. Il faut s’activer», précise-t-il.

Les commerçants mitigés
Les commerçants rencontrés par TC Media envisageaient le développement du Royalmount de multiples façons, mais tous ont relevé le fait que la circulation dans le secteur était déjà difficile et que sans le raccordement de Cavendish ou certaines mises à niveau, la circulation deviendrait «infernale».

«Je suis persuadé qu’à terme ce sera bon pour moi, j’offrirai plus de produits pour les particuliers, explique Daniel Cohen de Kitchen Equipped, qui vend actuellement davantage aux restaurateurs. Mais j’ai peur que le bordel que causera la construction pendant trois ans me coûte cher.»

Au magasin Nouvelle cuisine, la gérante Isabelle Cardinal relève le fait que ce centre de divertissement leur donnera de la visibilité, mais doute que ce soit si bénéfique. «Les gens qui se déplacent savent ce qu’ils viennent chercher. Qu’il y ait plus de trafic ne signifie pas nécessairement plus de contrats pour nous», souligne-t-elle.

Lauren Shayne, de la galerie d’art Shayne, considère que «le changement est toujours bienvenu, surtout dans une Ville comme Montréal qui a besoin de grands projets».

L’ensemble du secteur industriel de VMR qui est déjà densément construit, héberge environ 500 entreprises, compte 125 bâtiments et génère approximativement 16 000 emplois.

Selon M. Gignac, Mont-Royal est une municipalité enviable, avec une zone industrielle qui couvre 40% de son territoire la Ville détient un bassin de taxation qui n’est pas que résidentiel, mais aussi commercial. «Ça, c’est une belle ville! Une ville qui peut offrir des services de qualité sans augmenter les taxes de ses résidents», lance-t-il.

Carbonleo prévoit que les villes de Mont-Royal et Montréal se séparent également des retombées foncières annuelles de 40M$. En avril, le promoteur annonçait également la création de 15 000 emplois.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!