Vanessa Limoges /TC Media Les jeunes de 7 à 12 ans des classes TSA de 2ème et 3ème cycles de l'école Lajoie, devant le restaurant Les Enfants Terribles.

Les Enfants Terribles, l’un des restaurants les plus courus d’Outremont a reçu des clients bien particuliers vendredi matin: 15 jeunes avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA) de l’école Lajoie. Cette activité en apparence banale, a permis à ces enfants de vivre un instant unique la veille d’Halloween.

Les quelque 15 enfants réunis sur la rue Bernard vendredi ont pu déguster un petit déjeuner généreusement offert par la propriétaire de l’établissement, Francine Brûlé, qui leur réserve l’endroit une fois par année.

«J’ai envie que dans mon restaurant on retrouve un petit échantillon de la vie de tous les jours, lance Mme Brûlé, tout sourire. Alors c’est évident que ces jeunes sont plus que les bienvenus chez moi.»

DSC_0385Côte à côte, Darth Vader, Dracula, un chef indien et des minions ont pu dévorer leurs œufs et de nombreuses sucreries, tout en étant traités aux petits oignons par le personnel du restaurant.

L’importance de la préparation
Cela fait maintenant un mois que les jeunes de deux classes de TSA savent qu’ils iront bruncher le 30 octobre.

«Tous les matins on voit le calendrier du mois et de la journée dans la classe, c’est un repère visuel indispensable pour ces enfants qui sont plus confortables avec un routine, explique Isabelle Cohen, enseignante auprès de ces jeunes depuis 20 ans. Avant de se rendre ici ce matin, ils ont vu des photos du restaurant, donc ils savent à quoi ressemblera l’endroit physiquement. Je leur ai aussi présenté le menu et rappelé les règles sociales à suivre dans un restaurant.»

Vendredi matin était le grand jour.

Surexcités certains d’entre eux ont à peine touché leur assiette préférant partir à la découverte du restaurant sous le regard attentif de leurs enseignants.

Le ventre rond et fiers de leur récolte de bonbons  les jeunes des classes TSA étaient unanimes c’était un petit déjeuner «bien spécial».

Selon la Fédération québécoise de l’autisme, les jeunes présentant un trouble du spectre de l’autisme, ont des altérations significatives dans les domaines de la communication et des interactions sociales. Ils peuvent aussi présenter des comportements et/ou des intérêts restreints ou répétitifs.

Bien que sortir les jeunes de leur routine demande une certaine planification, Mme Cohen reconnait tous les bénéfices de ces activités spéciales.

«Avec les compressions nous avons moins de sorties scolaires, mais ça ne nous empêche pas de profiter du quartier.» L’enseignante emmène régulièrement ses élèves au Théâtre Outremont, faire des emplettes aux Cinq saisons et à la bibliothèque Robert-Bourassa.

DSC_0433

Francine Brûlé, propriétaire du restaurant Les Enfants Terribles.

«Pour mes jeunes, ces activités du quotidien peuvent demander un effort supplémentaire, mais je considère que pour cette clientèle ça fait partie du programme éducatif.» C’est pourquoi chaque contribution compte. La propriétaire du restaurant Les Enfants Terribles l’a bien compris.

En 2010-2011, on comptait 8 318 enfants avec un trouble du spectre de l’autisme dans le secteur public au Québec. C’est donc dire qu’en cinq ans, le nombre d’élèves autistes a doublé, ce qui en fait la catégorie d’élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) la plus représentée au Québec, selon la Fédération québécoise de l’autisme.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!