Charles Linglet.

Charles Linglet est impatient de revenir au jeu en janvier. Originaire d’Outremont, l’ailier gauche du Dinamo de Minsk, au Bélarus, a été opéré à l’épaule en octobre dernier après avoir remporté le championnat des compteurs de son équipe quelques mois auparavant.

En 231 matchs en carrière dans la Ligue Continentale de Hockey (KHL), Charles Linglet a une fiche de 167 points, dont 67 buts et 100 aides. Il n’a disputé que six joutes en 2015. Pendant cette période, l’ailier a réussi à compter un but et trois passes pour un total de quatre points.

C’est loin des sommets atteints l’année dernière alors que Linglet a été le meilleur attaquant du club de Minsk avec une fiche de 58 points en 54 parties jouées. Lors de cette saison, le Québécois avait inscrit 22 buts et 36 aides.

Charles en est à sa sixième campagne dans la KHL. Il a joué sa dernière saison en Amérique du Nord avec les Falcons de Springfield, le club-école des Oilers d’Edmonton, en 2009-2010. En fin d’année, le directeur général du club albertain lui offrit en cadeau ses cinq seuls matchs en carrière dans la LNH. Après une saison à Nijni Novgorod, Charles a été transféré dans la capitale du Bélarus à l’été 2011. Son jeu spectaculaire a rapidement fait de lui une vedette dans tout le pays.

bilorussie

Charles Linglet prend la pose à côté du buste de Félix Dzerjinski, situé au centre-ville de Minsk. Dzerjinski est connu comme étant le fondateur de la Tcheka, les services secrets russes. Ces derniers dans leur forme la plus récente s’appelaient le KGB.

«À Minsk, le hockey est le sport le plus populaire. Le club fait beaucoup de publicité. Nous apparaissons sur des affiches et des panneaux en marge des routes dans toute la ville. Il m’arrive souvent de me faire reconnaître sur la rue, à l’épicerie ou au centre commercial. Les Biélorusses sont des gens très respectueux. Ils n’ont que de bons mots pour nous. C’est plaisant, surtout dans une ville de 2 millions d’âmes», raconte le Montréalais.

Privée de plusieurs joueurs, son équipe se maintient actuellement au huitième rang de la conférence de l’ouest de la Ligue continentale de hockey (KHL).

Ville d’accueil
À Minsk, à près de 6700 kilomètres de son Outremont natal, le numéro 7 du Dinamo se sent chez lui.

«J’adore cette ville typiquement européenne. Beaucoup de gens y parlent anglais. Mon épouse et les jumeaux aiment la ville. Il y a une école internationale pour mes gars. À trois ans, ils doivent aller à la prématernelle en anglais. Je m’assure de leur apprendre le français à la maison. Je suis vraiment dans la meilleure ville de la KHL», raconte Linglet.

Le dévouement de Charles pour le Dinamo de Minsk a impressionné le président du pays, Alexandre Loukachenko. Ce dernier a pris la décision de le naturaliser, soit de lui donner la citoyenneté biélorusse pour renforcer l’équipe nationale.

Fier de ses racines
Le natif d’Outremont est donc aujourd’hui patriote biélorusse, mais il n’a toutefois jamais oublié ses origines.

«Outremont, c’est mon enfance. J’y ai fait tout mon hockey mineur. J’ai encore des amis là-bas. Des gars avec qui j’ai joué au soccer, au baseball, au hockey dans la rue. Je me rappelle du temps que j’ai passé à l’aréna et au parc Soleil. Chaque fois que je passe dans le quartier, je montre à ma femme où j’ai grandi. Je vais toujours m’y sentir à la maison. »

Charles Linglet doit défendre les couleurs du Bélarusse lors des prochains Championnats mondiaux de hockey. Cette compétition aura lieu du 6 au 15 mai 2016, à Moscou et Saint-Petersbourg.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!