Collaboration spéciale Claude Paquette était assistant-chef pour le 55e groupe scout Guynemer d’Outremont, un groupe membre de l’Association des Aventuriers de Baden-Powell.

Claude Paquette, l’un des 13 présumés pédophiles arrêtés dans le cadre d’une frappe de la Sureté du Québec mercredi, était impliqué auprès des jeunes de 9 à 12 ans de l’Association des aventuriers de Baden-Powell (AABP), un groupe scout d’Outremont. Il a été renvoyé de l’organisation jeudi.

«Nous avons eu une réunion d’urgence hier à l’exécutif de l’Association et nous avons tout de suite décidé de l’expulser, annonce Nicolas Rousseau, vice-président de l’AABP. Nous sommes entrés en communication avec les responsables des groupes avec qui M. Paquette était en contact. Nous allons aussi réunir les parents des jeunes pour leur offrir les ressources nécessaires.»

Le vice-président souligne qu’aucune plainte n’avait été déposée à l’endroit de M. Paquette. «Il n’avait pas d’antécédent, il avait de bonnes références, rien n’aurait pu soulever des doutes», précise-t-il.

L’homme de 31 ans œuvrait au sein de l’AABP depuis septembre. Il était en contact avec des jeunes, à raison de deux heures par semaine depuis septembre. «Il n’a toutefois jamais participé à un camp, précise M. Rousseau. Et rien dans les accusations ne dit qu’il s’est passé quoi que ce soit dans les scouts.»

Dave Turcotte, 36 ans, aussi sur le banc des accusés, était assistant-chef pour la même organisation, mais à Beloeil. «Les deux individus sont arrivés en septembre, mais nous n’avions aucune idée qu’il y avait un lien entre les deux», souligne M. Rousseau.

Claude Paquette également professeur de troisième année à l’école primaire Île-des-Sœurs fait face à des accusations de production, possession distribution et d’avoir rendu accessible de la pornographie juvénile. Il a comparu le jeudi 28 janvier au palais de justice de Montréal.

Frappe policière
Paquette et ses 12 coaccusés sont soupçonnés d’avoir agi en réseau et de s’être encouragés entre eux à entrer en contact avec des mineurs. Les aînés du groupe, allant entre 66 et 74 ans, auraient même servi de mentors aux plus jeunes, qui ont entre 27 et 30 ans.

La procureure de la Couronne, Me Cynthia Gyenizse, s’est opposée à la remise en liberté des 13 coaccusés. Ils demeureront détenus au moins jusqu’à mardi prochain, date de leur prochaine comparution.

Avec la collaboration de Maxime Van Houtte

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!