Alexandre Pouliot-Roberge /Collaboration spéciale Le parcours de Ronald Perowne est des plus particuliers. Après avoir porté les couleurs des Alouettes dans les années 70, il est devenu Chef des opérations hockey de l'équipe nationale junior en Serbie.

Le 23 janvier dernier, la Serbie remportait le bronze lors du tournoi du Groupe B de la Division II des Championnats mondiaux de hockey junior. La compétition a eu lieu à Novi Sad, une ville serbe située à une centaine de kilomètres de Belgrade. Parmi les médaillés, on trouve un homme de 65 ans, originaire de Ville Mont-Royal, Ronald Perowne. Un homme au parcours hors de l’ordinaire.

« En 2006, mon fils est allé jouer au hockey en Serbie. Il a aimé l’expérience. Il a donc fait les démarches pour obtenir la nationalité serbe dans le but de défendre les couleurs de ce pays lors des compétitions internationales. Lors du tournoi du Groupe A de la Division II des Championnats mondiaux de 2009, Fred, mon fils, m’a invité à aider l’équipe dans le vestiaire. Je n’ai pas pu refuser une telle offre. »

Depuis cette première incursion, Ronald Perowne est devenu Chef des opérations hockey de l’équipe nationale junior en Serbie, un poste qu’il a réussi à atteindre par l’entremise de Hockey sans frontières. Cet organisme mobilise des bénévoles partout dans le monde pour porter assistance à des pays où le hockey est en voie de développement. L’apport de ces bons samaritains peut parfois changer radicalement le déroulement d’un tournoi. Le Monterois en est la preuve vivante.

Incendie
« À ma première année, quatre vestiaires ont brulé seulement dix jours avant le tournoi», raconte Perowne.

«L’équipement des joueurs a été détruit dans le sinistre. En Serbie, il est impossible de remplacer tout cela en si peu de temps. J’ai dû appeler des amis qui travaillent pour la compagnie Bauer et d’autres gens dans le milieu du hockey. Grâce au travail de notre équipe, nous avons réussi à remplacer l’équipement des joueurs et la Serbie a décroché une médaille d’or. C’était merveilleux», se remémore l’homme de hockey.

Au sein de l’équipe nationale de Serbie, l’apport du Montréalais est très apprécié. La passion de Ronald pour le hockey est contagieuse et il est considéré comme un membre à part entière de l’équipe même s’il n’est que de passage au pays. Le défenseur Pavle Podunavac en témoigne.

«Nous avons beaucoup de respect pour Ron. Il est très serviable. Il a toujours de bons mots pour nous encourager. Il nous félicite lorsqu’on joue bien et il nous dit de ne pas lâcher lorsque nous avons des difficultés. C’est vraiment un bon gars.»

Un ancien des Alouettes
Avant d’être entraineur, Ronald Perowne a été un athlète accompli. Ce n’est pourtant pas le hockey qui lui amènera la célébrité. De 1972 à 1974, il a défendu les couleurs des Alouettes de Montréal dans la LCF.

«C’était spécial de jouer pour les Alouettes. Ottawa m’avait repêché, mais j’ai eu la chance d’être échangé à Montréal. J’en garde que de bons souvenirs! J’ai d’ailleurs été le Président des anciens du club pendant trois ans. Nous avons des réunions chaque année. Nous sommes toujours très heureux de nous revoir. Je suis encore le club, mais pas autant que je le voudrais. La Ligue canadienne de football, c’est très intéressant, mais mon sport préféré a toujours été le hockey.»

En trois ans avec les Alouettes, Perowne a joué comme receveur éloigné, mais est passé par la suite dans la brigade défensive comme demi défensif

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!