Archives/TC Media Le salaire du recteur de l'UdeM a augmenté de 60% sur une période de dix ans. Pendant ce temps, la dépense par étudiant a été haussée d'à peine 9%.

La Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAECUM) juge «aberrante» les allocations de dépense du recteur de l’UdeM, Guy Breton.

«En cette période de restructuration et de coupes, il nous semble justifié que la direction de l’Université montre l’exemple et se serre elle aussi la ceinture», affirme Nicolas Lavallée, secrétaire général de la FAECUM.

Le 8 mars, le Bureau d’enquête du Journal de Montréal a dévoilé les allocations de M. Breton, parmi lesquelles la location d’un VUS Audi Q5 et plusieurs vols en première classe. Il a cumulé des dépenses de 65 000 $ depuis son arrivée en 2010.

En 2015, le recteur a touché un salaire de 414 000$, soit 50 000$ de plus que lors de son embauche. Le salaire a augmenté de 60% sur une période de dix ans. L’UdeM a tenu à préciser au Journal de Montréal que ce salaire était conforme aux règles, et se situait «sous la médiane» des grandes universités de recherche canadiennes.

«Ça fait plusieurs années que la FAECUM milite pour annuler le congé de ressourcement, précise M. Lavallée. Pourtant, M. Breton y aura droit, ce qui lui permettra de recevoir un an de salaire à la fin de son mandat pour lui laisser le temps de se réorienter professionnellement.»

Pendant ce temps, l’Université de Montréal fait face à une dette record de 166 M$.

«Revoir la gestion ne semble pas être une priorité pour l’UdeM, indique M. Lavallée. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. Le vrai scandale, qui est beaucoup plus dommageable à long terme, ce sont les centaines de millions de dollars coupés dans le système d’éducation au Québec.»

Cette année, près de 900 000$ ont été retranchés du budget d’achat de livres des bibliothèques. Les budgets des facultés et des départements ont également été coupés, contraignant ces derniers à mettre plusieurs professeurs à la porte et à réduire leur offre de cours.

Depuis 2004, le nombre de cadres à l’UdeM est passé de 87 à 149. Sur la même période de temps, l’Université a réduit son budget annuel de 40 M$. Entre 2008 et 2015, la dépense par étudiant y a augmenté d’à peine 9%, comparativement à 33% à l’Université de Toronto et près de 42% à l’Université de Colombie-Britannique.

Au moment de mettre sous presse, l’UdeM n’avait pas retourné les appels de TC Media.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!