Johanna Pellus/TC Media

La Ville de Mont-Royal compte interdire complètement l’utilisation des pesticides de la famille des néonicotinoïdes, qui serait l’une des causes de l’extermination des colonies d’abeilles, sur son territoire.

Le conseil municipal votera ce nouveau règlement lors de la prochaine séance du conseil municipal, le 18 avril, suivant ainsi les traces de Montréal.

Les néonicotinoïdes sont principalement utilisés pour protéger les semences de maïs et de soya contre les parasites dans les zones agricoles. En ville, ils servent aussi à traiter les pelouses contre les vers blancs et lors d’infestation d’insectes.

Ces pesticides auraient toutefois des conséquences importantes sur la nature et l’écosystème. «Ils représentent un risque élevé non seulement pour la santé des abeilles, mais pour toute la biodiversité», précise Pascal Priori, membre fondateur de l’Alliance pour l’Interdiction des Pesticides Systémiques.

«Ils contaminent les sols, les eaux et les habitats aquatiques et marins. Ils sont présents partout, ce qui fait en sorte que les voies d’exposition sont multiples, autant dans les aliments que dans l’eau et dans l’air.»

L’Association canadienne des médecins pour l’environnement soutient également que les néonics pourraient affecter le cerveau humain et le système nerveux, et avoir des effets néfastes sur la reproduction.

VMR n’utilise plus de pesticides de synthèses dans ses parcs et espaces verts depuis mars 2001, et n’autorise aucun de ses sous-traitants à le faire. Il existe toutefois des exceptions pour les citoyens qui doivent utiliser des biopesticides pour combattre l’agrile du frêne ou pour freiner les infestations de fourmis ou de vers blancs.

«Le contrôle est très serré en sol monterois, explique Alain Côté, chargé de communications. Dans le passé, il est arrivé que des citoyens aient fait une demande pour utiliser des pesticides pour un cas précis d’infestation. Un permis d’utilisation temporaire exclusif peut alors être émis lorsque notre personnel a constaté l’infestation.»

En 2015, la Ville a reçu 22 demandes de permis pour des pesticides de synthèses. À la suite de visite des employés de VMR, un seul permis a été délivré.  Avec le nouveau règlement, il deviendra impossible d’émettre des permis pour les pesticides de la famille des néonicotinoïdes.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!