Getty Images/Zoonar RF

Un médecin de famille de Ville Mont-Royal vient d’être radié six mois pour avoir eu une relation sexuelle avec l’une de ses patientes. Dr Éric Sicard, qui pratique au privé, a plaidé coupable devant le Collège des médecins en mars dernier.

C’est la patiente, dont l’identité est protégée, qui, quelques années après l’incident, a pris la décision de porter plainte contre le médecin, biologiste de formation, qui est en plus à l’emploi de la firme Algorithme Pharma, une firme spécialisée en recherches cliniques.

Selon le comité de discipline, l’infraction reprochée au Dr Sicard est «une faute extrêmement grave.  Par ses gestes, il a abusé de sa relation professionnelle avec sa patiente et manqué à son devoir professionnel. »

Esicard

Le médecin a pour sa part assuré qu’il n’avait jamais été amoureux de sa patiente. Elle a été présente dans sa vie à un moment plutôt instable, où il aurait dû consulter des professionnels de la santé.

«Je mérite d’être ici, car j’ai eu une inconduite sexuelle. Je le regrette amèrement», s’est-il désolé lors de son audience dont le compte-rendu a été obtenu par TC Media.

«Période sombre»
En 2010-2011, période à laquelle remontent les faits reprochés, Dr Sicard «vit une période sombre de sa vie», peut-on lire dans la décision rendue début juin par le Collège des médecins.

Pendant ces deux années, sa mère décède et son père doit subir une opération. La résidence où il vit nécessite d’importants et coûteux travaux. Finalement, son épouse et lui divorcent après 26 ans de mariage.

À l’automne 2011, l’intimé invite la patiente à manger un midi afin de lui parler de ses difficultés familiales. Quelques semaines plus tard, ils s’embrassent après une consultation médicale.

Le 17 novembre, Dr Sicard invite la patiente à  prendre un verre chez lui. Elle accepte, et ils ont une relation sexuelle complète.  «Ils réalisent par la suite que c’était une erreur et n’ont pas d’autres relations sexuelles. Elle continue de le consulter comme patiente et le ton reste amical», relate la décision.

Courriels
Des échanges de courriel resteront tout de même très intimes entre les deux jusqu’en février 2013.

Pendant cette période, la femme a notamment écrit au médecin de «penser à elle quand il prendrait son bain ce soir», dans un message daté du 1er février 2013.

En décembre de la même année, la patiente a eu sa dernière consultation avec le médecin.

En plus de ne pouvoir pratiquer durant les six prochains mois, le médecin devra payer une amende de 1000$.

Dr Sicard n’avait aucun antécédent judiciaire.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!