Archives TC Media

Un homme de Pointe-aux-Trembles est soupçonné d’avoir fraudé de nombreux résidents du quartier, notamment en acceptant d’exécuter des travaux à leurs résidences, sans les terminer.

Normand Dagenais a comparu jeudi après-midi par vidéo-conférence au palais de justice de Montréal relativement à neuf chefs d’accusation, dont quatre de fraude de plus de 5000$ et deux de fraude de moins de 5000$. Il est également accusé d’introduction par effraction dans un dessein criminel, de vol et de possession de biens criminellement obtenus.

L’homme de 52 ans avait été arrêté mercredi pour les faits qui lui sont reprochés et qui pour certains, remontent à mai 2014.

Lors de sa comparution, il a plaidé non coupable et a reçu l’interdiction de communiquer avec neuf victimes de ses crimes allégués. Il doit comparaître à nouveau la semaine prochaine pour une autre audience sur sa remise en liberté sous caution.

Une des victimes alléguées, Sandro Severini, soutient que sa femme Manon et lui ont versé 19 500$ à Normand Dagenais en 2015 pour que celui-ci exécute des travaux au sous-sol, dans la cuisine et au deuxième étage de leur cottage. Mais après avoir terminé le sous-sol «à 90%», l’entrepreneur se serait mis à demander de l’argent pour des matériaux et mener une partie des travaux, sans jamais achever la besogne.

«Ma femme et moi avions enlevé toute la parqueterie dans les chambres et les corridors en haut parce qu’on voulait y mettre du bois franc», a fait valoir M. Severini à TC Media. «Il était censé nous faire les planchers, quelques petites rénovations, puis la cuisine, mais il n’est jamais venu. Ma maison était nue au deuxième étage. J’avais plus de division, j’avais juste du vieux gypse. J’étais obligé de coucher dans le sous-sol. Une chance qu’il était fini. Après ça, nous avons porté plainte à la police, vers mars 2016 et c’est là que d’autres ont commencé à nous dire que ça leur était arrivé et qu’eux aussi allaient porter plainte.»

M. Severini affirme avoir dû retenir les services d’un autre entrepreneur pour achever les travaux entre mars et décembre 2016, au coût de 39 500$. «En réalité, ça m’a coûté quasiment 60 000 piastres pour finir tous mes travaux», indique-t-il.

Selon son avocat, Normand Dagenais est «atterré» par les accusations pesant contre lui. «Nous ferons tout ce que nous pouvons pour les faire tomber», a déclaré Justin Michael Morena vendredi, après le report de l’enquête sur la remise en liberté.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!