La mère d’une petite fille qui fréquente un centre de la petite enfance (CPE) de Pointe-aux-Trembles déplore l’absence de trottoir devant l’établissement et estime que l’aménagement actuel est «dangereux» pour les enfants.

«Il n’y a pas d’espace dédié aux piétons, c’est ça le problème. Et devant un CPE, à mon avis, c’est inacceptable, surtout pour une rue reliée directement à Sherbrooke, où il y a beaucoup de circulation», fait valoir Christelle Lavoie.

La fille de Mme Lavoie fréquente le CPE La porte ouverte, établissement qui accueille 80 enfants. Le bâtiment est situé en bordure de la 31e Avenue, une artère à double sens qui servirait de voie de contournement aux automobilistes voulant éviter le feu de circulation à l’intersection de la 32e avenue et de la rue Sherbrooke Est.

«Je marche avec ma fille de deux ans jusqu’à la garderie chaque matin et chaque soir, explique Mme Lavoie. L’été, on marche sur le gazon, mais l’hiver, avec la neige, je dois prendre une poussette ou un traîneau et marcher entre les voitures stationnées et celles qui circulent. Des fois, les gens nous laissent passer, mais souvent, ils nous frôlent pratiquement.»

«Imaginez une éducatrice qui se promène avec 10 enfants et doit marcher dans la rue, à côté des voitures. C’est dangereux.» – Christelle Lavoie

La situation perdure depuis plusieurs années, confirme la directrice du CPE La porte ouverte.

«C’est difficile à tous les moments, mais surtout à l’heure de pointe, témoigne Ceida Villegas, directrice du CPE depuis 15 ans. Heureusement, la caisse populaire au coin de la rue permet aux parents d’utiliser son stationnement le temps d’aller chercher leurs enfants. Sans ça, ça serait encore plus chaotique aux heures de pointe.»31e-Avenue-pointe-aux-trembles

Apaiser la circulation
À défaut d’avoir des trottoirs, la directrice du CPE La porte ouverte ajoute avoir fait pression durant des années auprès de la Ville et même de la police pour faire installer des panneaux de limite de vitesse, un radar indicateur de vitesse ou un débarcadère.

Des spécialistes de la division de l’ingénierie de l’arrondissement tentent actuellement de déterminer où et comment poser des trottoirs autour du CPE La porte ouverte, assure l’élue municipale qui préside le comité sur la circulation de l’arrondissement.

«Quand la rue a été refaite il y a environ une dizaine d’années, il n’y avait pas de CPE », explique la conseillère de ville Suzanne Décarie. «Mais il faut absolument trouver une solution parce que la situation ne peut pas rester comme elle est.»

En espérant faire débloquer le dossier, Christelle Lavoie a déposé une pétition d’une soixantaine de signatures auprès du conseil de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, le 7 février dernier.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus