Ralph-Bonet Sanon | TC Media Sans dons de sang, «je ne serais pas là à 53 ans et Juliette non plus, à 13 ans», témoigne France Joly, ici accompagnée de sa fille.

À quelques jours de la collecte de sang des Pointeliers, une survivante de la leucémie et sa fille née avec une malformation cardiaque témoignent de l’importance du don de sang.

«Si des gens n’avaient pas donné de sang, c’est sûr que je serais pas là aujourd’hui. Même chose pour Juliette», atteste France Joly, une résidente de Pointe-aux-Trembles.


À ce sujet:


Mme Joly se souvient encore de son diagnostic de leucémie. C’était en 1991 quand elle avait 27 ans. Son taux de plaquettes était si bas qu’elle risquait d’y rester si elle se coupait, lui disait son médecin. Il lui fallait des transfusions avant de pouvoir commencer une chimiothérapie.

«Il me fallait du sang de huit donneurs universels par jour. Des fois, j’en recevais quatre le matin et quatre autres plus tard en après-midi parce qu’il en manquait», se remémore la mère de trois enfants.

Après deux rondes de chimiothérapie, des complications liées à son cathéter, Mme Joly a vaincu la leucémie. Elle remercie la vie d’être en rémission depuis 1992.

Opérée à cœur ouvert à 6 jours
Douze ans plus tard, elle a donné naissance à sa fille. Six jours après, la nouvelle-née était opérée à cœur ouvert durant 20 heures. Des échographies avaient permis de lui déceler trois malformations.

«À 20 semaines de grossesse, on m’a dit que le petit cœur de ma Juliette était tricoté à l’envers: inversion de la tubulure, hypoplasie de l’aorte et hypoplasie du cœur droit, relate la mère. Ils ont dit que ça prendrait trois opérations à cœur ouvert pour la sauver. Alors Juliette a été opérée à six jours de vie, ensuite à 10 mois, puis à 4 ans, ce qu’on appelle une Norwood Procedure. Ça en prend du sang des opérations comme ça!»

Aujourd’hui, Juliette a 13 ans, fréquente l’école secondaire et s’intéresse à la robotique. Depuis environ deux ans, elle doit recevoir des protéines sanguines à l’hôpital une fois par mois en raison d’un problème intestinal.

«Juliette a eu besoin de sang, j’ai eu besoin de sang et des gens ont été là pour nous. C’est vraiment fantastique. Il y a des gens généreux», exprime la mère.

Le don de sang sauve des vies, nous en sommes la preuve.
France Joly

Encourager
Durant son combat contre la leucémie, Mme Joly a encouragé ses collègues de travail à donner du sang ou du plasma.

En ce temps des Fêtes, elle incite les Montréalais à émuler son fils et à se rendre dans un centre de collecte, afin de faire un cadeau dont «tout le monde a besoin».

«Si vous voulez être généreux, avoir la main sur le cœur et faire un cadeau, mais vous ne savez pas à qui, passez à la Place Versailles, ou chez Christin, parce que le don de sang sauve des vies, nous en sommes la preuve. Je ne serais pas là à 53 ans et Juliette non plus, à 13 ans», fait-elle valoir.


27e collecte des Pointeliers
Pour la 27e fois à Pointe-aux-Trembles, la Fondation des gens d’affaires et des industries de la Pointe-de-l’Île tiendra sa collecte des Pointeliers, une collecte annuelle qui revendique plus de 9700 donneurs depuis 1990. Cette année, elle se déroulera le 13 décembre au concessionnaire Christin Automobile (12011 rue Sherbrooke E.). Les organisateurs ont l’objectif d’attirer au moins 130 donneurs.

Les critères de sélection pour donner du sang ou du plasma peuvent être consultés sur le site web d’Héma-Québec.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!