(Photo Métro Média - Charles-Antoine Rondeau) La mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, désire que les quais soient accessibles pour tout le monde.

La projet-pilote de navette fluviale entre Pointe-aux-Trembles et Vieux-Port de Montréal a connu un tel succès que Chantal Rouleau veut mettre en place un second volet «plus conséquent», dès cette année.

Entre le 28 mai et le 1er juin, 4604 personnes ont embarqué dans cette navette qui permet de se rendre au centre-ville en moins de 30 minutes pour le même prix qu’un billet d’autobus.

La mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, pense déjà à répéter l’expérience en vue de pérenniser le service.

«Mon souhait, c’est qu’en 2019, on parle vraiment de quelque chose d’établi. Il faut poursuivre avec un nouveau projet-pilote, sur une plus longue durée. Là, c’était un essai, une mise en bouche pour voir si ça pouvait fonctionner. Il nous faut donc un projet-pilote plus conséquent, que j’espère pouvoir réaliser dans les prochaines semaines. Je ne peux pas encore dire quand exactement, mais en 2018», explique-t-elle.

Pour parvenir à mettre en place son projet pour de bon, la mairesse multiplie les échanges avec les parties prenantes. «En ce moment, j’établis des liens avec des niveaux supérieurs, avec la STM, avec la Ville bien sûr, EXO [ancien Réseau de transport métropolitain] et le ministère des Transports», assure Mme Rouleau.

La question du volet financier demeure centrale, mais la mairesse de l’arrondissement assure que les solutions existent.

«Quand on voit que ça prend une vingtaine de minutes pour se déplacer entre la pointe de l’île et le centre-ville, ça raccourcit la distance entre les deux points. On dit que c’est loin, mais 20 minutes, ce n’est pas long.»
Chantal Rouleau, mairesse de RDP-PAT

Soutenue par une association de commerçants du secteur
Chantal Rouleau est soutenue dans sa démarche par Joanne Paiement, propriétaire d’une épicerie fine et présidente de l’Association des Commerçants et Professionnels du Vieux-Pointe-aux-Trembles (ACPVPAT).

«Tout est à faire ici, et on a les réflecteurs braqués sur nous [grâce à cette navette], se réjouit l’entrepreneure. Il y avait du monde, je n’ai pas arrêté. Lundi, mardi, mercredi, je me disais ‘ça n’a pas de sens», explique la commerçante.

Mme Paiement affirme avoir triplé l’achalandage dans son commerce situé pas très loin du quai d’embarquement pendant la période couverte par le projet-pilote. Elle a même reçu des touristes venus du Wisconsin et qui étaient montés par hasard dans la navette depuis le Vieux-Port de Montréal.

Nicole, une cliente de l’épicerie, qui a profité du projet-pilote, assure que «c’était vraiment bien organisé».

«J’ai adoré ça. Je ne peux prendre ni le métro, ni l’autobus car j’ai été opérée au genou. Et puis c’est super beau le trajet. Je me suis assise d’un côté puis de l’autre», raconte-t-elle.

Joanne Paiement envisage désormais de faire circuler une pétition en faveur de la navette fluviale.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!