Gracieuseté Tennis Québec Les terrains seraient construits selon les normes de la Fédération internationale de tennis et seraient recouvert d’acrylique Decoturf, la même surface qu’au Stade Uniprix, où se dispute la Coupe Rogers.

Le projet d’ouvrir un complexe de tennis intérieur multifonctionnel à Pointe-aux-Trembles progresse lentement. Les promoteurs visent maintenant une ouverture au plus tôt au printemps 2021.

Le complexe envisagé et proposé par Tennis Québec compterait huit terrains intérieurs disposés de part et d’autre d’un bâtiment central abritant deux salles polyvalentes, des vestiaires et des espaces de bureau.  D’une superficie de plus de 66 000 pieds carrés, le centre serait situé dans le stationnement du Club de golf de l’île de Montréal.

En discussion avec l’arrondissement depuis maintenant près de trois ans, le directeur général adjoint de Tennis Québec, Réjean Levesque, affirme que le projet, bien que ralenti par le départ de l’ancienne mairesse Chantal Rouleau et le changement de garde à l’hôtel de ville de Montréal, est « plus vivant que jamais ».

« Nous attendions également le résultat de l’élection à la mairie de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, ajoute M. Levesque. L’élection de Caroline Bourgeois est pour nous une bonne nouvelle puisqu’elle connaît très bien le dossier. En tant que directrice de cabinet, elle était présente à chaque fois que nous avons rencontré Mme Rouleau. »

Les discussions se poursuivront en janvier. Rappelons que l’arrondissement a officialisé son appui au projet à l’aide d’une résolution adoptée le 6 février dernier.

Un projet 2.0
Si le projet initial prévoyait une structure de bois et un coût de 15M$, les promoteurs évaluent maintenant une structure conventionnelle d’acier.

« Nous avons des contraintes importantes avec un bâtiment en bois, nous devons limiter l’espace au niveau du bâtiment central, affirme M. Levesque. Avec une structure d’acier, cette contrainte est beaucoup moins importante. »

En réévaluant le type de structure, Tennis Québec espère également pouvoir réduire les coûts à moins de 12 M$.

De plus, selon le concept architectural préliminaire initial, l’édifice était enfoui de six à huit pieds dans le sol, afin de profiter de la chaleur terrestre en hiver et de sa fraîcheur en été; il est maintenant envisagé de le construire au niveau du sol.

La possibilité de déplacer le stationnement pour voiturette du Club de golf à côté du futur centre, un élément qui ajoutait 2M$ supplémentaires au projet initial, est également reconsidérée.

En attente de financement
La prochaine étape importante sera franchie lorsque le gouvernement canadien dévoilera les détails de son Programme d’Infrastructure, un fonds fédéral géré par Québec et sur lequel compte Tennis Québec pour financer son projet.

« Pour que ce programme soit officiellement lancé, et pour connaître les sommes d’argent supplémentaires que le gouvernement provincial investira en parallèle, il faudra attendre au dépôt du budget du Québec », explique M. Levesque. Le premier budget du gouvernement Legault est attendu pour la fin de l’hiver.

« Dans un scénario idéal, très hypothétique, on parle alors d’une première pelletée de terre en octobre 2020, estime le directeur général adjoint de Tennis Québec. Cela mènerait potentiellement l’ouverture à la fin du printemps 2021. »

Le projet ne sera pas entièrement financé par des fonds publics. En plus des programmes gouvernementaux, Tennis Québec a prévu des fonds d’immobilisation, et assure pouvoir compter sur le soutien de Tennis Canada.

M. Levesque affirme également avoir déjà amassé du financement privé, bien qu’il n’en dévoile pas les montants pour le moment.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!