L’Impact U21 s’est défait des Shooters de York par la marque finale de 3 à 1, le 21 octobre, au collège Saint-Jean-Vianney, dans le cadre des demi-finales de la Ligue canadienne de soccer.

Ce duel était loin d’être dans la poche pour les hommes de Philippe Eullaffroy. Au cours de la saison, l’Impact U21 a rencontré à deux reprises la formation de York, pour un résultat d’une nulle et d’une victoire.

« Ce ne sont pas des matchs où on a été tranquille. Ils ont une moyenne d’âge de 30 ans [l’Impact U21 est constitué d’athlètes de moins de 21 ans]. Ils sont l’équipe première de leur club, et nous, on est l’équipe réserve des professionnels », souligne l’entraîneur-chef.

« Ils ont la meilleure défense du championnat, poursuit-il avant la partie. Le principal défi contre eux est physique. Si on répond à ça, on devrait gagner le match. En étant bon tactiquement et techniquement, on pourrait l’éviter. Ce n’est pas une formation que tu peux battre en regardant les oiseaux. Ils vont nous punir, si on ne joue pas bien. »

L’objectif de cette rencontre était bien sûr la victoire, mais aussi d’éviter les de terminer le duel par une égalité. En cas de prolongation, deux périodes de 15 minutes sont ajoutées au cours des séries éliminatoires. Le vainqueur est celui ayant marqué le plus de points à la fin de ces 30 minutes.

« Ça devient difficile dans les jambes et dans la tête. Ce n’est plus alors la meilleure équipe au plan physique ou technique qui va gagner, mais celle avec le meilleur mental et qui accepte de souffrir plus que l’autre », indique M. Eullaffroy.

« York est un adversaire compliqué à jouer et ce n’est pas celui qu’on aurait préféré rencontrer en demi-finale, avoue-t-il. Mais si tu veux gagner la compétition, tu dois battre les équipes difficiles. C’est un passage obligé. La bonne idée qu’on a eue est de terminer deuxième [au classement général], pour les affronter chez nous. C’est un avantage. »

Série de victoires

Ce gain en demi-finale correspond à une 11e victoire consécutive pour le club montréalais.

Cette séquence, qui s’est entamée le 18 août, serait une conséquence du voyage que les athlètes ont effectué en Europe, au début du mois d’août.

« On n’est pas dans le champ. Qu’on soit confronté à un haut calibre technique/tactique ou physique, on est capable de répondre. La France a été un vrai tournant dans la saison. Le fait qu’on a bien performé [deux matchs nuls et une victoire], qu’on a fait de la qualité, ç’a rassuré les joueurs sur leur talent. Ils ont réalisé qu’ils étaient au même niveau que des Européens. On est sur une bonne voie et on a toujours peur qu’elle se termine », confie-t-il.

Pour obtenir une 12e victoire successive, l’Impact U21 devra vaincre le Croatia de Toronto – premier au classement général – le 27 octobre, au Centennial stadium, à Toronto. Toutefois, lors de leur seul duel de la saison, le club montréalais s’était incliné par le pointage de 2 à 0.

« C’était notre deuxième partie en 24 heures. De ce dont je me souviens, on avait fait un bon match. On aurait préféré affronter les Serbes [l’adversaire du Croatia lors de la seconde demi-finale], mais on n’a pas de complexes. On est capable de les battre », affirme l’entraîneur.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!