(Photo: Depositphotos) Plus de 360 000 litres d’essence déversés dans l’est de Montréal
Le 2 décembre dernier, vers 11 h 45, une fuite de 350 000 litres d’essence a eu lieu au terminal d’Ultramar à Montréal-Est. Sur les 27 incidents du territoire montréalais qui ont requis l’intervention d’Urgence-Environnement en 2012, 11 se sont produits dans l’Est.

Les incidents les plus importants sont survenus plus chez Ultramar (déversement de 350 000 litres de pétrole), chez Shell (déversement de 4000 litres de pétrole) et chez Suncor (déversement de 4000 litres de pétrole), selon le ministère de l’Environnement.

En 2012, plus de 360 000 litres de produit pétrolier ont ainsi été déversés dans l’Est, contre moins de 30 000 litres en 2011. Chez Suncor, où 16 000 litres s’étaient échappés en 2011, le bilan s’est amélioré. Le porte-parole de Suncor, Dean Dussault se dit satisfait de ces résultats. « Notre objectif est zéro fuite, assure M. Dussault. Les fuites ne sont pas très fréquentes, nous sommes satisfaits de nos résultats. »

Il avertit que bien que ce bilan peut sembler lourd, il faut remettre les choses en perspective. « Nous avons 6000 km de tuyauterie et 24 000 détecteurs qui enregistrent la moindre fuite d’un joint d’étanchéité. Quand il y a une fuite qui est signalée au ministère de l’Environnement, il y a un inspecteur qui vient sur place », explique M. Dussault. C’est d’ailleurs des fuites dans deux joints d’étanchéité qui ont causé la fuite du 4 octobre.

Le porte-parole d’Ultramar, Michel Martin, souligne toutefois que les incidents qui surviennent en milieu industriel n’ont pas les mêmes répercutions que ceux survenu ailleurs puisque les industries possèdent des infrastructures qui leur permettent de minimiser les impacts. « Nous avons un système d’eau en vase clos et 317 puits d’observation, assure M. Dussault. Si le sol est contaminé, on excave et on traite le sol. »

La fuite d’Ultramar

La fuite du 2 décembre est la plus grosse fuite de l’année. « C’est une quantité importante », admet M. Martin.

Elle s’est produite sur un circuit de pompage d’essence à l’intérieur du terminal d’Ultramar. « En période de changement de saison, il faut être particulièrement vigilant. L’incident est survenu alors que nous faisions des tests sur des conduits. Nous avons d’abord fait le test avec de l’eau, mais un bouchon de glace s’est formé. En fondant, le bouchon a laissé échapper le produit. À la pression et au débit du produit, ça ne prend pas beaucoup de temps [pour que la fuite soit aussi importante] », raconte M. Martin.

Heureusement, la fuite s’est produite à l’intérieur d’une digue de réservoir étanche qui a permis de limiter l’impact du déversement. Le plan de mesure d’urgence a tout de même été déclenché et le service incendie a été mobilisé pour prévenir tout risque d’incendie.

Moins de deux heures après le déversement, des équipes ont commencé à récupérer le produit déversé. La compagnie assure par voie de communiqué que « tous les hydrocarbures ont été récupérés et seront retournés à notre raffinerie de Lévis. Il est à noter qu’il n’y a eu aucun impact à l’extérieur du site. »

Déversements de produits pétroliers

20 février : 40 litres de diesel sur la 3e Avenue (sud de la rue Ontario)

3 avril : déversement d’huile à chauffage derrière le 75, avenue de la rue Grande Allée

3 juillet : 2500 litres de bitume par un transporteur qui partait de chez Bitumar

7 août : 4000 litres d’essence chez Shell

16 août : déversement de diesel à la rampe de mise à l’eau de la 36e Avenue

4 octobre : 4000 litres de distillat de pétrole chez Suncor

3 décembre : 350 000 litres d’essence chez Ultramar

Dans l’air

 

15 février : odeur de matière dangereuse près du 465, avenue Marien

9 mai : signalement d’hydrocarbures à Montréal-Est

19 juin : incendie de 50 tonnes métriques d’asphalte liquide chez Bitumar

21 juin : incendie de 38 500 m2 de résidus d’automobile chez AIM

(Source : ministère de l’Environnement)

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!