Anxiété, sentiment de culpabilité, peur et mensonges : Êtes-vous seul ce soir? Un thriller pas comme les autres, vient de paraitre en DVD. Ne cherchez pas au club vidéo, ce film est en fait un outil d’intervention et de prévention pour les victimes d’entrée par effraction qui sera utilisé par le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC).

« Ce que la vidéo dit, c’est vrai. Quand j’ouvre la porte, je vois tout de suite le masque de la personne qui nous a attaqués », explique une victime, Fernande Séguin. De son côté, l’agent Réal Charland du poste de quartier 49 admet que « la vidéo est un peu caricaturale, mais c’est assez fidèle malgré tout ».

Le film n’explique pas comment les voleurs procèdent ou comment se prémunir contre le crime, mais bien comment les victimes et les témoins peuvent guérir de cet acte criminel. « Les entrées par effraction sont des méfaits différents des autres vols puisqu’ils violent l’intimité des victimes », a expliqué l’agent Charland lors du lancement du DVD au Centre Roussin. La vidéo peut également être utile aux proches des victimes afin de les aider à comprendre comment agir avec une victime.

En 2010 et 2011, 10 000 personnes, tous crimes confondus, ont contacté le CAVAC de ce nombre 85 % étaient des victimes directes, selon le directeur de l’organisme, Denis René. L’objectif du Centre est de redonner le sentiment de sécurité aux victimes.

« Lorsque les victimes viennent au CAVAC, nous ne pouvons pas leur redonner la pièce qui leur a été dérobée, mais nous pouvons les écouter. C’est important pour les victimes d’en parler et surtout d’être cru » raconte la porte-parole du CAVAC, Isabelle Vivier.

Quelques conseils

Même si le film ne portait pas là-dessus, les intervenants en ont tout de même profité pour donner quelques trucs de sécurité comme de ne pas oublier de verrouiller ses portes, même lorsqu’on se trouve à l’intérieur de son domicile.

« Lorsque quelqu’un essaie d’entrer dans notre maison, il faut signifier que nous sommes là. Parfois les gens essaient de ne pas faire de bruit, mais au contraire, si le voleur se rend compte qu’il y a quelqu’un, il prendra la fuite », a expliqué la directrice de Tandem Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Johanne Daigle.

Une fois que le voleur est à l’intérieur, « il ne faut pas se mettre de la pression, on a beau avoir un plan d’action, mais il y a des gens qui figent et ce n’est pas grave. Un conseil par exemple, il faut éviter la confrontation », a recommandé Mme Vivier.

Mais parfois la confrontation est inévitable, « dans ce cas, la meilleure solution reste la fuite », raconte l’agent Charland. À ce sujet, un citoyen présent lors du lancement a questionné le policier sur l’utilisation de la force contre un voleur. « Un individu a le droit d’utiliser la force pour sauver son intégrité. Mais ils n’ont pas le droit de s’acharner sur la personne », a précisé le constable.

Ce dernier a conclu en rappelant l’importance de contacter les policiers à la suite d’un vol ou d’une tentative de vol. Selon lui, ces informations pourraient permettre aux policiers de mettre la main au collet des malfrats.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus