(Photo: Pacophoto) Johanne Ferland, coordonnatrice de la maison l’Échelon.
La Semaine nationale de la santé mentale approche à grands pas. Du 7 au 13 mai, des activités seront organisées partout au pays pour sensibiliser la population à ces troubles. Mais au-delà de cette semaine, des gens travaillent toute l’année pour améliorer le sort des personnes aux prises avec des problèmes en santé mentale. Plusieurs de ceux-ci se trouvent à la maison l’Échelon.

Situé à cheval entre Montréal-Est et Mercier, le Centre de jour l’Échelon est, en terme d’offre, « l’une des ressources les plus importantes à Montréal, plus importante que celle des centres situés dans l’Ouest et le Centre », assure le directeur de l’organisme, Pierre Deschamps.

Qui fréquente l’Échelon?

Ils étaient 565 membres à fréquenter le centre en 2011, dont plus de la moitié étaient des hommes âgés de plus de 45 ans. « Ce sont des gens qui ont été diagnostiqués pour des problèmes de santé mentale graves et persistants. Certains nous viennent de l’hôpital Louis-H. Lafontaine ou habitent l’Institut Pinel, alors que d’autres habitent leur propre appartement », expose M. Deschamps.

La plupart des participants sont recommandés par les hôpitaux et proviennent de l’est de Montréal, mais « il y a des gens qui viennent d’un peu partout à Montréal, de Longueil et même de l’Ouest puisqu’ils ne retrouvent pas des services comme ceux qu’on offre ici », précise la coordonnatrice de l’organisme, Johanne Ferland. D’ailleurs, l’organisme s’apprête à tenir sa session d’inscription les 1, 2 et 3 mai prochain.

Quelles sont les activités?

Plusieurs activités sont offertes au Centre de jour. Elles vont des cours d’informatique au cardio santé, en passant par la chorale. Certaines activités sont si populaires que les places doivent être limitées, c’est le cas des cafés-rencontres, qui permettent aux gens qui fréquentent le Centre de s’y réunir. Lorsqu’il n’y a plus suffisamment de places, les participants sont orientés vers une autre activité.

« Les sorties du mercredi permettent aux participants d’aller manger dans des restaurants de Montréal, mais, une fois de temps en temps, ils sortent pour aller manger à l’extérieur de la ville et ils en profitent pour visiter », raconte Mme Ferland.

L’organisme publie également le magazine Mentalité « pour mieux comprendre la santé mentale », produit par des chroniqueurs ayant vécu des difficultés en santé mentale.

Qui anime l’Échelon?

En plus des quelques employés, coordonnateur, kinésiologue et éducateur, qui gravitent autour de l’Échelon, plusieurs bénévoles mettent la main à la pâte. « Plusieurs d’entre eux, mais pas tous, sont également des participants à nos activités. Ça reste toutefois assez sporadique », reconnait Mme Ferland.

Des organismes du coin sont parfois aussi mis à contribution comme « dans le cas du tournoi de volleyball. C’est l’équipe des Volants d’or qui sont venus arbitrer notre tournoi. Cela leur a permis d’être sensibilisés à la santé mentale », estime M. Deschamps.

La programmation de la Semaine en santé mentale

Suggestions de lecture

Dans les bibliothèques de Pointe-aux-Trembles, de Rivière-des-Prairies, de Mercier-Est et de Montréal-Est, des présentoirs avec des suggestions de lectures sur différentes situations en santé mentale seront installés.

4 mai à 19 h à la maison de la culture Mercier (8105, rue Hochelaga)

Spectacle gratuit de la chorale le chant du cœur, présenté par la Société québécoise de la schizophrénie. Une rencontre avec les 15 choristes de l’est de Montréal atteints de divers troubles de santé mentale qui démontre le succès d’une approche thérapeutique par le chant, une manière originale de se rétablir.

9 mai de 10 h à 16 h au centre Roussin (12125, rue Notre-Dame Est)

Jeux et animations au kiosque d’information sur la santé mentale.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!