Les températures extrêmes auxquelles Montréal a dû faire face cet hiver donnent bien des maux de tête aux citoyens. Des milliers de foyers à travers la ville sont présentement privés d’eau en raison de conduites gelées. À Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT) 245 cas ont été enregistrés depuis le mois de janvier, soit 193 cas de plus qu’en 2014 et 240 de plus qu’en 2013.

«C’est une situation sans précédent à l’arrondissement, explique Paulo Teixeira, chef de section à la direction des travaux publics. Normalement, nous avons des périodes de grand froid et des périodes de redoux, ce qui fait en sorte que la situation revient à la normale, mais cette année, c’est particulièrement difficile.»

Présentement, 93 foyers de l’arrondissement sont privés d’eau. Deux équipes dédiées au réseau d’aqueduc travaillent d’arrache-pied pour dégeler les tuyaux.

«À partir du moment où le citoyen signale le problème à l’arrondissement, une équipe se déplace pour faire un premier diagnostic. Si les conduites gelées appartiennent à la ville, un délai maximum de 72 heures est nécessaire pour entamer la procédure», indique M. Teixeira.

Il ajoute que si les tuyaux appartiennent au propriétaire du bâtiment, ce sera à ce dernier d’effectuer les réparations nécessaires.

«Il faut faire appel à un plombier qui charge de 200$ à 250$ par heure. Le tout peut prendre de deux à trois heures de travail», confie M. Texeira.

Chauffer les tuyaux
Le chef de section explique que pour dégeler la conduite, il faut effectuer des excavations. Une génératrice branchée aux tuyaux envoie par la suite une forte impulsion électrique, ce qui réchauffe les conduites.

«Ce n’est pas très compliqué comme procédure, mais nous avons tellement de cas cette année, que ça peut prendre un peu plus de temps que d’habitude», précise M. Texeira.

Il signale toutefois que la situation est sous contrôle à l’arrondissement et que le tout devrait revenir à la normale d’ici les prochains jours.

Éviter le gel des conduites
La mairesse de l’arrondissement, et responsable de l’eau et des infrastructures de l’eau au comité exécutif de la Ville de Montréal, Chantal Rouleau, confirme qu’il s’agit d’une «situation difficile» et ajoute qu’il y a des moyens pour prévenir le gel de conduites.

Contrairement à l’aqueduc secondaire situé sous la rue, les entrées de service d’eau des maisons sont localisées moins profondément dans le sol et l’eau ne s’y écoule pas en continu. Par conséquent, ces conduites de petits diamètres sont plus à risque de gel que les canalisations publiques, qui sont plus profondément dans le sol.

Pour prévenir ce risque, il est suggéré d’utiliser un chauffage d’appoint là où est située l’arrivée d’eau du bâtiment. La température ambiante autour de l’entrée d’eau devrait toujours être au minimum de 10 °C.

Il est aussi recommandé de laisser couler un mince filet d’eau en permanence pour éviter que l’eau stagne et gèle les tuyaux.

«Ce n’est pas l’idéal, mais il faut le faire jusqu’à temps que les températures soient un peu plus clémentes», conclut M. Texeira.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!