Collaboration spéciale Martine Sirois raconte l'histoire incroyable d'une jeune femme sauvée des flammes.

Témoin d’un spectaculaire accident impliquant une automobiliste mardi en début d’après-midi au niveau de Pointe-aux-Trembles, sur l’autoroute 40, une Montréalaise souhaite féliciter deux sauveteurs inconnus.

Mardi vers 13h, Martine Sirois circulait sur l’autoroute 40 et juste avant de franchir le Pont Charles-de-Gaulle, qui permet de quitter Pointe-aux-Trembles, elle assiste à une scène incroyable. Deux hommes auraient bravé les flammes pour sauver une conductrice blessée dans sa voiture. Toujours très émue, cette infirmière de profession n’hésite pas à les comparer à de « vrais supers héros ».

« J’étais en retard pour un rendez-vous, j’allais vers Repentigny, raconte-t-elle. Devant moi, une voiture a dérapé, s’est dirigée vers la gauche, avant de frapper rapidement et à pleine vitesse le muret ».

« Je me suis arrêtée, j’ai vu le conjoint de l’automobiliste, une jeune femme de 24 ou 25 ans, sortir de cette petite voiture, plutôt ancienne, faire le tour de son véhicule pour tenter de sortir sa femme. Mais le moteur s’est mis à s’enflammer et tout le côté gauche de la voiture était défoncé ».

« Derrière moi, deux jeunes hommes, d’environ 25 ans, ont stoppé leur voiture et se sont mis à courir vers la femme toujours coincée. Les flammes atteignaient deux pieds de haut. L’un de ces deux hommes s’est dirigé au niveau de la conductrice et malgré le feu, il est rentré dans l’auto pour la faire sortir ».

« Quel acte de bravoure ! Il a sauvé la vie de cette femme au risque de la sienne. C’est génial, je n’ai pas d’autres mots. Je lui ai crié : « Ramène-la, je suis infirmière ! » Elle avait plusieurs fractures à la jambe gauche, mais il n’y avait pas d’hémorragie apparente ».

« Dès qu’ils sont arrivés, la voiture s’est totalement embrasée… On a dû s’éloigner et la porter à nouveau pour éviter d’être touchés. On sentait cette chaleur, mais avec l’adrénaline, on l’a oublié. Je lui ai parlé pour ne pas qu’elle perde conscience, puis je lui ai administré les premiers soins. Les secours sont arrivés et j’ai accompagné cette femme au centre de traumatologie de l’hôpital du Sacré Cœur, jusqu’à l’arrivée sur place de sa mère ».

« Je ne connais pas le nom de ces jeunes hommes. On a formé une formidable équipe et ils doivent être reconnus à sa juste valeur. Ce qu’ils ont fait est merveilleux ! »

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!