Archives TC Media Les arrondissements de Montréal-Nord et RDP-PAT ne ferment pas la porte à la création, à l'avenir, d'une plage au bord de la rivière des Prairies.

Même si aucun projet n’est encore sur la table, la qualité de l’eau de la rivière des Prairies en nette amélioration et l’intérêt croissant d’exploiter ce cours d’eau pourraient pousser les arrondissements de RDP-PAT et Montréal-Nord à créer une plage dans l’est de l’île.

«À terme, c’est quelque chose qui pourrait être étudié. C’est de l’ordre du possible, mais il faudrait identifier des sites, s’assurer de la qualité de l’eau et de l’aspect sécuritaire. Rien n’a encore était fait dans ce sens», explique Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement RDP-PAT.

Enthousiaste mais prudente, la responsable de l’eau au sein de l’administration Coderre se félicite néanmoins de l’évolution constatée depuis les années 1980. Longtemps polluée, la rivière des Prairies retrouve, année après année, une qualité intéressante, propice aux projets de développement.

«C’est un bijou et il faut lui redonner ses lettres de noblesse»
«Lorsque j’étais petite, des gens s’y baignaient, mais ensuite, on a tourné le dos à cette rivière avec de nombreux rejets. On l’a abimé, c’est clair, et depuis, on s’est réveillé, reprend Chantal Rouleau.

«On veut lui redonner sa qualité, se réapproprier ce cours d’eau. Cette rivière, c’est un bijou et il faut lui redonner ses [lettres] de noblesse.»

La rivière des Prairie a un potentiel. Il pourrait y avoir un pôle fort de tourisme dans l’est. Avec le parc-nature, les gens pourraient vivre une belle expérience. Je sais qu’il y a beaucoup de projets de la part d’acteurs politiques et socio-économiques. On suit cette évolution et lorsqu’elle sera rendue à maturité, on pourra la développer.» –Pierre Bellerose, vice-président de Tourisme Montréal

Une eau parfois excellente, souvent bonne
Tous les indices et les dernières études le prouvent. Selon une étude de la Ville de Montréal, sur une période de 1973 à 2000, «des améliorations ont été détectées à près de 80% des stations».

Si la pluie dégrade parfois fortement la qualité des eaux, le temps sec constaté cet été confirme à nouveau les progrès.

D’après des tests effectués en juillet 2016 de l’autre côté de la rive, à Laval, la qualité de l’eau de la rivière est jugée majoritairement «bonne», en amont de la berge Saint-Vincent, situé à mi-chemin entre les ponts Pie-IX et A25, selon les critères fixées par le ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

Hormis au parc du Cheval-Blanc à RDP, où le taux critique des coliformes fécaux (supérieur à 200 UFC/100 ml) est régulièrement dépassés, les données de la Ville de Montréal montrent également une eau parfois «excellente», souvent «bonne», mais qui devient rapidement «mauvaise» voire «polluée» en cas de fortes précipitations.

Du côté du MDDELCC, qui se fie sur des résultats établis entre 2012 et 2014, on indique également que «la qualité bactériologique est généralement bonne» au niveau des deux arrondissements, même si «des périodes de surverse du réseau municipal» ont parfois contribué à une dégradation temporaire.

«Une bonne idée»
À Montréal-Nord, même si «aucun projet» de plage n’a été présenté, la porte reste également ouverte.

«C’est une bonne idée et une hypothèse. On veut démocratiser nos cours d’eau. Il y a déjà du kayak, des balades en bateau. Une plage pourrait donner un attrait de plus à Montréal-Nord», assure la mairesse Christine Black, avant de préciser que son «administration ira étape par étape pour exploiter cette rivière dans le reste de l’environnement.»

Un projet de Plage de l’Est a déjà été lancé à l’extrême est de la Pointe-de-l’Île, au bord du fleuve Saint-Laurent. Son coût est estimé à 3M$. Il devrait voir le jour d’ici un ou deux ans.

Données relevées à la berge Saint-Vincent, à Laval, entre le 7 et le 28 juillet 2016
40 UFC/100ml (7 juillet, avec 11,3 mm de précipitation au cours de la journée)
66 UFC/100ml (14 juillet, avec 0 mm de précipitation au cours de la journée)
42 UFC/100ml (21 juillet, avec 0 mm de précipitation au cours de la journée)
36 UFC/100ml (28 juillet, avec 0 mm de précipitation au cours de la journée)

Classification de la qualité de l’eau utilisée pour les usages récréatifs
Qualité de l’eau Coliformes fécaux/
100 millilitres
Explication
Excellente 0-20 Tous les usages récréatifs permis
Bonne 21-100 Tous les usages récréatifs permis
Médiocre 101-200 Tous les usages récréatifs permis
Mauvaise Plus de 200 Baignade et autres contacts directs avec l’eau compromis
Très mauvaise Plus de 1000 Tous les usages récréatifs compromis

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!