Photo archives TC Media Les travaux débuteront au printemps 2017

Dans les cartons depuis près d’une décennie, le projet de la plage de l’Est a traversé une étape charnière ce mercredi 21 septembre en faisant l’objet d’une assemblée publique de consultation tenue à l’hôtel de Ville de Montréal.

Une dérogation doit être ajoutée au schéma d’aménagement afin que les travaux puissent aller de l’avant. En effet, la plage doit être aménagée sur une plaine inondable et requiert donc des autorisations du Ministère de l’Environnement. La sécurité des personnes et des biens ainsi que la protection des rives, de la flore et de la faune ont été prises en compte.

L’assemblée publique de consultation était «une étape obligatoire et charnière dans le processus de réalisation de la plage et l’obtention de toutes les autorisations du Ministère de l’Environnement», selon Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. Elle ajoute que le ministère des Affaires municipales et de l’Organisation du territoire a donné son approbation au projet, tout comme le Conseil municipal.

De nombreuses étapes doivent encore être effectuées jusqu’à la réalisation des travaux. La prochaine étape, selon Pascale Valet, Chef de section à la conception des parcs de l’arrondissement RDP-PAT, sera de «déposer le règlement officiel qui modifie le schéma d’aménagement, qui devrait être entériné par le conseil d’agglomération à la fin du mois d’octobre.»

Des travaux au printemps 2017
La plage de l’Est est «un projet de longue haleine», selon la mairesse Rouleau. Les travaux devraient commencer au printemps prochain pour la partie au-dessus de la plaine inondable qui ne nécessite pas d’autorisation, puis se continueront fin août jusqu’à l’automne pour la deuxième partie.

La plage de l’Est sera aménagée en bordure du fleuve Saint-Laurent, situe l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, à la pointe extrême est de l’île de Montréal.

Ce projet s’inscrit dans le Plan bleu vert adopté par l’arrondissement en 2013 visant la gestion des rives de la rivière des Prairies et du fleuve Saint-Laurent. Il fait également partie du projet de la Trame verte et bleue du Grand Montréal, et est en lien avec les îles à proximité, dont l’île Sainte-Thérèse.

Une jetée en bois donnant accès à un belvédère sera «l’élément marquant du site», souligne Pascale Valet. L’accessibilité sera ouverte à tous avec des pentes et des rampes aménagées en conséquence. Aussi, un chalet adjacent à la jetée ainsi que deux terrains de volleyball de plage seront construits.

La plage: un désir des citoyens
«C’est un projet issu de la volonté de réappropriation du fleuve Saint-Laurent qui vient de la communauté», lance Chantale Rouleau. «Le but étant de faire connaitre le fleuve à la population et de mieux bénéficier de ses accès, qui sont aujourd’hui limités», ajoute Mme Valet.

En tant que responsable de l’eau et des infrastructures de l’eau au Comité exécutif de la Ville de Montréal, Mme Rouleau a également comme objectif d’assurer une qualité de l’eau tout autour de l’île de Montréal. «Développer des accès et le faire dans l’Est de Montréal c’est symbolique et très important, car la pollution a existé pendant des décennies, dit-elle. À présent, les actions sont très concrètes.»

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus