Archives À droite, l'ancien maire Cosmo Maciocia, en compagnie de Frank Zampino, Bernard Trépanier et Sammy Forcillo.

Des enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) mènent une perquisition au domicile de l’ancien maire de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT), Cosmo Maciocia, en lien avec le scandale des compteurs d’eau. Une perquisition qui ne surprend pas la conseillère Suzanne Décarie, élue pour la première fois sous l’administration de M. Maciocia en 2005.

L’actuel maire de Lachine, Claude Dauphin, l’ancien conseiller, Sammy Forcillo, ainsi que l’ex-conseillère de Côte-des-Neiges, Francine Sénécal ont aussi reçu la visite des enquêteurs. L’hôtel de ville de l’arrondissement Lachine a également été visé.

«C’est la cinquième fois que l’on perquisitionne dans le cadre de cette enquête», a expliqué la porte-parole de l’UPAC, Anne-Frédérick Laurence. Elle a souligné qu’une cinquantaine de policiers sont actuellement à fouiller cinq adresses.

Le controversé contrat des compteurs d’eau avait été octroyé par l’administration Tremblay en 2007. Il devait permettre d’optimiser l’utilisation de l’eau et éviter le gaspillage.

Le contrat avait été suspendu puis annulé en 2009 quand une enquête eu révélé que le numéro 2 de l’administration Tremblay, Frank Zampino avait voyagé sur le yacht du futur vainqueur du contrat – Tony Accurso – en pleine préparation de l’appel d’offres devant mener au choix du fournisseur.

Peu surprise
La conseillère Décarie, la seule élue encore en poste qui était déjà conseillère à l’époque où Cosmo Maciocia était maire de l’arrondissement, se dit «peu surprise» d’apprendre que l’UPAC mène une perquisition à la résidence de l’ex-maire.

«On ne réussira peut-être pas à faire le grand ménage, mais on va au moins pouvoir enlever beaucoup de poussière», dit-elle.

Selon Mme Décarie, il est primordial que «l’UPAC fasse la lumière sur ce qui s’est passé», question de rendre la ville «plus propre».

Elle ajoute qu’il est faux de penser qu’en quittant la vie politique, un élu n’est plus imputable de quoi que ce soit.

La conseillère était dans l’opposition à l’époque où M. Maciocia était maire de l’arrondissement.

Lorsqu’elle a été élue en 2005, c’était sous la bannière de Vision Montréal, dirigé à l’époque par Pierre Bourque, alors que M. Maciocia était dans le parti de Gérald Tremblay.

Pots de vin et vie politique
Cosmo Maciocia, maire de l’arrondissement de 2005 à 2009, a siégé au comité exécutif de la Ville de Montréal en tant que responsable des dossiers d’habitation.

Selon un témoignage entendu à la commission Charbonneau, il aurait illégalement reçu 60 000$ de la part du groupe Génius Conseil pour sa campagne électorale de 2005 en échange de promesse de contrats.

Une somme de 15 000 $ supplémentaires avait également été accordée par le groupe de génie-conseil à son successeur Joe Magri pour les élections de 2009.

M. Maciocia a également été conseiller municipal de Saint-Léonard en 1978, ainsi que député du Parti libéral dans Viger en 1981.

Il a décidé de quitter la vie politique après 30 ans de service en 2005.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!