Archives Arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT) entend serrer la vis aux citoyens et commerçants du secteur occupant le domaine public de façon illégale. Une dizaine de cas compromettant la sécurité publique et les opérations de l’arrondissement ont déjà été recensés par l’administration qui a envoyé des lettres d’avertissement aux résidents fautifs.

Bernard Donato, chef de division à la direction des travaux public et de l’ingénierie, indique que les cas à prioriser seront ceux qui compromettent la sécurité des citoyens ou les opérations de l’arrondissement.

«Nous avons un cas d’un citoyen qui a fait construire une grande clôture en ciment sur le domaine public, à la limite de sa propriété. La clôture a été bâtie sur le réseau d’aqueduc, alors si jamais nous avons à intervenir il sera impossible de le faire, dit-il. De plus, la clôture est tellement grande, qu’elle limite la visibilité des automobilistes qui circulent dans le secteur, puisqu’elle se trouve en façade dans une intersection du quartier.»

Stationnements illégaux
Les équipes de l’arrondissement ont fait des inspections au cours des derniers mois. Elles ont remarqué que des citoyens se sont «appropriés» des parcelles de terre adjacentes aux parcs pour construire des stationnements.

«Il y a des commerçants et des citoyens qui ont pavé une partie des parcs pour garer leurs voitures. Même si cela ne nuit pas à nos opérations, nous ne pouvons pas le permettre. Ce sont des biens publics qui appartiennent à tous les citoyens qui paient des impôts et qui ont le droit de les utiliser», dit M. Donato.

Un sentier pédestre d’un parc de l’arrondissement aurait même été monopolisé par deux propriétaires qui ont agrandi leurs terrains en le bloquant avec des clôtures.

«C’est le genre de situation que nous voulons corriger et éviter à l’avenir. Même si ça fait 20 ou 30 ans que c’est comme ça, il n’y a pas de droits acquis dans ces cas, les citoyens devront s’y conformer», soutient le chef de division.

Deux mois pour se conformer
En effet, les citoyens ayant reçu des lettres de l’arrondissement auront 60 jours pour se conformer. Des inspecteurs vérifieront par la suite que les lieux sont laissés dans le même état dans lequel ils étaient avant les modifications faites par les propriétaires fautifs.

«Ils ne seront pas contents car ils devront débourser des sommes pour corriger les changements qu’ils ont fait, mais nous n’avons pas le choix si nous voulons faire preuve d’équité envers tous les autres citoyens», signale M. Donato.

Des terrains à vendre ou à louer
Le chef de division indique que dans certains cas très précis, il sera possible de négocier avec l’arrondissement afin que les citoyens puissent acheter ou louer des terrains à la municipalité.

«Il y a des ruelles par exemple, au bout des rues qui sont inutilisables pour les autres citoyens puisque personne d’autre que les propriétaires adjacents ne les utilisent. Dans ce cas-là, on peut proposer aux citoyens de les acheter afin que ces derniers puissent agrandir leurs terrains», conclut M. Donato.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!