Photo TC Media - Isabelle Bergeron La maison du citoyen de Pointe-aux-Trembles.

Après des retards et des augmentations de coûts, une autre tuile s’abat sur le projet de la Maison du Citoyen de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT): la firme Réal Paul architecte veut poursuivre pour plus de 464 000 $ pour des travaux impayés.

En juin 2012, cette firme avait remporté un appel d’offres pour la conception de la Maison du citoyen, située à l’intersection de la rue Notre-Dame et du boulevard Saint-Joseph, dans le but d’y aménager la mairie d’arrondissement.

Le projet de la Maison du citoyen prévoit regrouper plusieurs départements de l’arrondissement dans l’ancien couvent des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame.

Selon la requête introductive d’instance, déposée en avril 2015, on indique que, dans les mois suivant l’octroi du contrat, plusieurs modifications auraient été apportées au projet initial, engendrant ainsi de nombreuses discussions quant aux échéanciers et au budget.

Pendant ce temps, Réal Paul architecte envoie des notes d’honoraires et ne serait pas parvenu à être payé, si bien qu’en date du 3 octobre 2013, «une somme de 549 146,05 $ facturée par le demandeur demeurait impayée», note-t-on dans la requête.

Difficultés financières
Aux prises avec des «difficultés financières» causées par le non-paiement des factures, Réal Paul architecte écrit alors à l’arrondissement pour rappeler que «les derniers honoraires reçus pour ce projet remontent à novembre 2012», ce qui explique «l’urgence d’obtenir le paiement».

Le 29 novembre 2013, à la suite d’autres discussions infructueuses, l’arrondissement annonce la résiliation du contrat.

Dans la requête déposée au tribunal, on avance que RDP-PAT «espérait que [la firme] se désiste du projet devant le refus de l’arrondissement de donner suite aux demandes de paiement».

Au terme d’un autre appel de propositions, une autre firme d’architectes conclut un contrat avec l’arrondissement.

Réal Paul architecte a l’intention de démontrer que «les nouveaux professionnels retenus ont repris, pour l’essentiel, les plans et devis préparés par le demandeur», même si «ce dernier n’a toujours pas été payé pour la prestation de son travail».

Puisque certaines factures ont été payées depuis octobre 2013, le montant que la firme réclame à l’arrondissement est de 464 036,58 $.

Objections et possible contre-poursuite
RDP-PAT soulève des objections concernant la requête du demandeur. Un débat sur celles-ci est prévu le 19 janvier 2016.

Se disant «extrêmement insatisfait des services de Réal Paul architecte», l’arrondissement évalue actuellement «la part de responsabilité de [la firme] quant au non-respect de ses obligations».

Différentes options s’offriront ensuite à l’arrondissement, dont celle de «poursuivre, à son tour, la firme Réal Paul architecte.»

Puisque le dossier est devant les tribunaux, on refuse de commenter plus amplement.

C’est loin d’être le premier pépin que rencontre le projet de Maison du citoyen.

Le prix initial du projet, qui était fixé à 12 M$, a été largement dépassé et atteint maintenant le cap des 20 M$.

L’ouverture prévue au printemps 2014, a dû être retardée en raison du désamiantage de l’immeuble qui a été plus long que prévu. Des fouilles archéologiques réalisées à l’été 2014 ont également causé des retards dans les travaux.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!