Photo Archives TC Media Le rapport du vérificateur général évoque plusieurs problèmes liés au projet de la caserne 32.

Dans son dernier rapport, le vérificateur général  critique la manière dont le projet de construction de la caserne 32 de Pointe-aux-Trembles – Rivières-des-Prairies a été mené. Il évoque notamment un dépassement de coûts d’environ 36 000 $, le manque d’organisation et le retard des travaux.

Cette caserne, prévue pour réduire le temps d’intervention dans le secteur, a été mise en service en février 2014. Ce projet a fait l’objet d’un contrôle de la part du vérificateur général de la Ville qui dans son rapport, fait état de plusieurs manquements.

Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) avait confié la mise en œuvre de la construction de la caserne au Service de la gestion et de la planification immobilière de la Ville (SGPI) qui devait proposer un emplacement pour son édification et se charger de sa réalisation.

Evalués à 5 485 000$, les coûts se sont finalement élevés à 6 302 000$. Le rapport soulève le manque de justifications à cette augmentation. Les coûts restent tout de même inférieurs à la soumission retenue par la firme chargée des travaux.

Aucun dossier d’approbation de projet (DAP) n’a été réalisé par l’une des deux parties engagées. Or, le vérificateur estime qu’un DAP aurait permis de donner «un aperçu détaillé des enjeux», et ce, même s’il s’agissait d’un projet «de moindre envergure».

Délais

De plus, la caserne devait être opérationnelle en novembre 2013, mais le bâtiment n’a pu être livré qu’en février 2014. En cause, un retard de deux mois pour le début des travaux, entre autres. Pour le vérificateur général, ces retards «inacceptables» ont été causés par des délais administratifs, dont l’émission tardive du permis de construction par la Ville à la firme chargée des travaux. Encore une fois, le rapport recommande une «meilleure planification».

Dans un communiqué, la Ville a fait savoir que le SGPI est désormais doté, depuis mars 2016, «d’une culture de gestion de projet par la création d’une équipe dédiée. À terme, l’administration étudiera la possibilité de regrouper au sein du SGPI toutes les activités reliées à la gestion immobilière».

D’autres projets ont été critiqués par ce rapport, notamment la construction de la bibliothèque Marc-Favreau dans Rosemont, ou encore la piscine Annie-Pelletier dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

L’administration rappelle également que sur les 393 recommandations que comportait le rapport du vérificateur général, «85 % sont réglées ou en cours de réalisation».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!