Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) recherche d’autres victimes potentielles d’un animateur du Centre de leadership pour la jeunesse Don Bosco de Rivière-des-Prairies (DBYLC) inculpé de crimes sexuels impliquant des mineurs.

Le 31 mars dernier, le Service de police de la Ville de Montréal a arrêté Steven Lam Hoai Trung pour leurre d’enfant de moins de 14 ans, possession, distribution et accès à de la pornographie juvénile, et transmission de matériel sexuellement explicite à un enfant de moins de 14 ans.

Le jeune homme de 20 ans, qui travaillait 20 heures par semaine dans un camp de jour du DBYL, aurait envoyé une image de nature sexuelle par l’intermédiaire des réseaux sociaux à une fillette de 10 ans fréquentant le Centre.

«Nos protocoles ont été activés et les mesures appropriées ont été prises. Un conseiller de la police va offrir du soutien à nos jeunes leaders et à toute autre personne qui en aurait besoin», a assuré le fondateur et directeur de la programmation de l’organisme, Theo Vecera.

«Nos pensées vont à l’enfant et à la famille touchées par cette utilisation inappropriée des réseaux sociaux», a déclaré le directeur du DBYLC, père Richard Authier, dans un communiqué.

Steven Lam Hoai Trung a comparu au palais de justice de Montréal le 3 avril dernier et a été libéré sous condition de ne pas quitter sa résidence entre 22 h et 6 h, ne pas être en présence de mineurs et ne pas utiliser un ordinateur ni accéder à internet, notamment.

À la suite d’une perquisition au domicile de l’animateur, les enquêteurs du SPVM croient qu’il pourrait avoir fait d’autres victimes, puisqu’il utilisait plusieurs pseudonymes sur différentes applications, dont Aznslam ou HrnyAznboy sur KIK, Slammt1habs sur Instagram et Aznslam sur Whisper.

Le SPVM indique que son enquête se poursuit dans cette affaire et invite toute autre victime potentielle à se manifester.

La direction du DBYLC se dit stupéfaite, triste et en colère à la suite de l’arrestation.

«C’est la première fois en 19 ans d’existence que nous vivons une situation aussi grave et troublante», dit M. Vecera.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus