Photo Nafi Alibert/TC Media Les citoyens de Rivière-des-Prairies sont invités à participer à cette démarche visant à améliorer la qualité de vie du quartier.

Le temps d’une consultation citoyenne qui lie l’utile à l’agréable, une quinzaine de Prairivois se sont réunis autour d’un café à l’Échoppe de Gaïa ce mercredi après-midi pour poser les pierres du futur plan d’action qui sera développé par la Table de développement social de Rivière-des-Prairies (RDP) dans les prochaines années.

«On ne réglera pas le sort de RDP aujourd’hui, ce que l’on veut c’est avoir une jase ensemble pour entendre vos préoccupations», prévient d’emblée Jean-François, un des animateurs de ce 2e café urbain public.

«Alors, qu’est-ce que vous appréciez le plus de votre quartier ?», lance ensuite Jean-François pour démarrer les palabres.

«La ville en campagne». «La tranquillité». «La diversité culturelle et l’entraide qu’il existe ici». «Les centres communautaires qui sont présents en grand nombre», répondent chacun à leur tour les participants.

Pendant 2 heures, les doigts se sont ainsi levés sans cesse dans l’assistance pour répondre aux différentes questions posées par Jean-François et sa collègue Suzie, 2 accompagnateurs de l’organisme dynamo, qui ont l’habitude d’animer ce genre de café urbain.

«Au final les gens semblent heureux d’habiter à RDP mais comme partout, il y a des choses à améliorer», partage Suzie qui a aussi animé d’autres rencontres similaires à RDP.

Un sérieux problème de communication

Sur les 10 thématiques de discussion proposées aujourd’hui, quatre ont retenu l’attention des participants : le transport et la mobilité, les familles et la scolarité, la santé physique et mentale, ainsi que les services à la communauté.

C’est ce dernier point qui a le plus soulevé les passions pendant les échanges. «Le centre communautaire c’est ma 2e famille, j’y suis toujours et c’est grâce aux activités qui y sont proposées que j’ai pu rencontrer d’autres personnes qui sont devenues des amies», raconte Angélique, une participante.

Comme elle, les autres personnes présentent partagent le sentiment que des services leurs sont proposés, mais beaucoup ont déploré ne pas être au courant de leur existence.

«Les services ne sont pas connus à RDP. Il y a beaucoup de microquartiers ici, mais on dirait qu’il n’y a pas de communication entre ces secteurs qui sont très différents», appuie une autre citoyenne.

Afin de dresser un portrait le plus représentatif et inclusif qui soit, le 3e café urbain public sera organisé en anglais au Centre Don Bosco, et d’autres consultations continueront d’avoir lieu en parallèle dans des milieux de vie, comme celui qui a eu lieu la semaine dernière au Centre de promotion communautaire Le Phare.

«En fonction de l’âge des personnes, mais aussi de l’énergie de chaque lieu, les rencontres sont très différentes d’un endroit à l’autre, observe Suzie. Au Phare par exemple, beaucoup de gens parlaient créole et on a pu entendre les échos de cette communauté», illustre celle qui note aussi des corrélations dans les différents cafés urbains.

Les cafés urbains se poursuivront jusqu’à la mi-mars. La TDS présentera le bilan de ces consultations citoyennes  le 21 avril en même temps qu’elle annoncera son plan d’action pour le quartier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!