Gracieuseté Des élèves de l’École secondaire Jean-Grou tentent de senbiliser des camarades aux périls de la malbouffe et de la sédentarité.

Avec le diabète et l’hypertension particulièrement présents dans Rivière-des-Prairies, des organisations à but non lucratif (OBNL) tentent de montrer aux jeunes l’importance de bien s’alimenter et d’avoir une vie active.

À la Maison des jeunes RDP, une dizaine d’adolescents apprennent à cuisiner chaque jeudi et à trouver les aliments sains en rabais. L’activité s’ajoute à d’autres tenues chaque semaine, comme la populaire activité de basketball libre net des activités scientifiques.

Des élèves de l’École secondaire Jean-Grou apprenent à «bien cuisiner» durant une activité organisée les jeudis à la Maison des Jeunes RDP.

«L’important, en tant que présidente du conseil d’administration et en tant que parents, c’est que les jeunes se gardent en santé. On veut qu’ils mangent mieux et bougent plus. Ça rentre dans la mission de prévention et d’éducation de la Maison des jeunes», expose Marie-Carmel Michel, lors d’un événement-bénéfice au profit de la Maison des jeunes et du Fonds-Action santé communautaire Bénise-Normil (FASCBN).

Le FASCBN déploie, depuis l’an dernier, des «agents de saines habitudes de vie» à l’École secondaire Jean-Grou, non loin de la Maison des jeunes. Les «agents» sont en fait des élèves formés par divers intervenants et professionnels de la santé. Grâce à des ateliers durant l’heure du lunch, ils tentent de conscientiser leurs pairs à la teneur en sucre des boissons gazeuses, à la teneur en graisse de la malbouffe et aux effets du tabagisme.

«J’ai des membres de ma famille qui sont diabétiques et je voulais savoir comment éviter cette maladie et comment aider d’autres à l’éviter», explique Annie, agente et élève de 4e année.

Avant de tenir les ateliers, les jeunes agents ont suivi une formation donnée par une nutritionniste, une infirmière, le Conseil québécois sur le tabac et la santé, ainsi que le Carrefour Jeunesse Emploi de Rivière-des-Prairies. Cette formation a ouvert les yeux de Sultane, une autre agente. «Avant, je mangeais beaucoup de McDonald, mais beaucoup moins maintenant», témoignent l’élève de 5e année, dont un oncle est atteint de diabète de type 2.

En étant mené «pour et par les jeunes», le projet des agents a de meilleures chances de réussite  qu’une campagne où des adultes tentent de transmettre leur message, croit le directeur et fondateur du FASCBN, Pierre Réginald Azar.

«La prévalence du diabète à Rivière-des-Prairies est de 10,2%. Avec la génération future, ça pourrait diminuer vu qu’elle sera plus conscientisée à la maladie et plus en santé», espère celui qui a fondé et nommé l’OBNL en 2014 en l’honneur de sa mère emportée à 39 ans par des complications liées au diabète et à l’hypertension artérielle.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!