Près de trente résidents de l’avenue du Fief-Carion ont signé une pétition pour réclamer des dos-d’âne et des panneaux d’arrêt sur cette voie de circulation.

Dans ce quartier familial un lundi ensoleillé, les enfants profitent joyeusement des premières chaleurs du printemps pour jouer sur la chaussée. Vélos, patins et balles sont de sortie sous la surveillance des parents.

«Certains soirs, ils sont au moins une trentaine d’enfants dans la rue. Même quand il fait 2 degrés, les enfants jouent dehors pareil, ils se ramassent tous là», raconte Philippe Desmarais, un riverain de l’avenue du Fief-Carion.

Avec son voisin Joseph Paglia, ils militent pour obtenir des mesures de ralentissement de la circulation sur cette rue située au cœur du Faubourg Pointe-aux-Prairies.

«C’est un quartier vert et calme, on a plein d’espace pour jouer, mais ils n’ont pas pensé à planifier pour mettre des arrêts ou des dos-d’âne. On ne peut pas attendre qu’il y ait un accident», estime M. Paglia.

Ce dernier a contacté l’arrondissement pour la première fois il y a quatre ans pour signaler ce problème. Avec M. Desmarais, ils ont ouvert une demande au 311 il y a un peu plus d’un an, car les deux hommes jugent cette route dangereuse pour leurs enfants. En raison du développement immobilier du secteur, de nombreux camions circulent entre les différents chantiers. Ils affirment aussi que des automobilistes qui arrivent du boulevard Perras s’aventurent jusqu’au bout de cette rue – qui est pourtant sans issue – dans l’espace de trouver une voie de sortie vers l’avenue Armand-Chaput ou le boulevard Maurice-Duplessis.

«J’en ai vu qui roulaient à 60 ou 70 km/h, surtout les camions de construction parce qu’ils veulent aller vite sur le chantier. Ce sont des gens qui passent vite et ce ne sont pas des petits véhicules», s’inquiète Philippe Desmarais.

Pétition
Les deux citoyens ont fait circuler une pétition qui a été signée par près de 30 habitants du quartier et l’ont déposée au conseil d’arrondissement. Ils ont aussi interpellé Richard Guay, le conseiller de Ville du district de la Pointe-aux-Prairies qui leur a indiqué, dans un échange de courriel consulté par L’Informateur, qu’une étude de l’impact sur la circulation pourrait prendre six mois à être lancée.

«Cela fait quatre ans que je parle avec M. Guay est on n’a toujours rien», regrette Joseph Paglia. «On ne peut pas attendre plus longtemps, on veut juste la sécurité de nos enfants», poursuit son voisin.

L’aménagement annoncé d’un nouveau parc à la place de l’ancien pavillon de vente du Faubourg Pointe-aux-Prairies inquiète aussi les résidents. «Ce parc sera au bout de la rue, ça veut dire que les enfants vont encore plus circuler pour y aller, il nous faut des mesures rapidement», réclame M. Desmarais.

Idéalement, ces deux Prairivois aimeraient que des dos-d’âne soient installés à intervalles réguliers dans leur rue et que des panneaux d’arrêt soient plantés à l’intersection entre l’avenue du Fief-Carion et la rue Claude-Mathias-Fanef, qui se situe à peu près au milieu de cette voie.

Contacté par L’Informateur, Richard Guay n’a pas répondu à notre demande d’entrevue et l’arrondissement n’a pas été en mesure de nous fournir des détails sur ce dossier avant la publication de cet article.

En attendant une action municipale, les deux riverains mobilisés se mettent en infraction au quotidien, car ils ont pris l’initiative d’installer des cônes oranges sur l’avenue du Fief-Carion afin de forcer les automobilistes à ralentir.

«C’est sûr que ce n’est pas autorisé, mais j’aime mieux payer un ticket que d’avoir un enfant blessé», fait valoir Joseph Paglia.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!