Une école pourrait voir le jour à Rivière-des-Prairies. La Commission scolaire de la Pointe de l`île (CSPI) confirme que des discussions ont été entamées avec la Société québécoise des infrastructures (SQI) pour l’acquisition de terrains situés à proximité du Centre Boscoville.

Les terrains boisés sur lesquels cette possible future école pourrait être construite sont situés au sud du boulevard Perras, à l’est du boulevard Saint-Jean Baptiste.

La CSPI a expliqué être «en pourparlers avec la Société québécoise des infrastructures pour l’acquisition de terrain dans l’entourage de Boscoville pour la construction d’une nouvelle école».

«Nous avons de plus fait une demande d’autorisation auprès du ministère pour l’agrandissement des écoles Notre-Dame-De-Fatima et Marc-Aurèle-Fortin ou pour l’acquisition d’un terrain en vue d’y construire une nouvelle école», ajoute la CSPI.

Depuis la rentrée de 2018-2019, selon son site web, la CSPI offre ses services à plus de 44 200 élèves, dont 20 328 au secteur primaire.

L’arrondissement, qui confirme que l’usage « École primaire » est dûment autorisé par la réglementation sur les terrains convoités par la CSPI, indique qu’il est de sa «volonté qu’un tel projet se réalise».

Dany Barbeau, la directrice de l’arrondissement, a indiqué à l’Informateur que le «besoin d’une école dans le secteur» ne fait pas de doute.

D’autres terrains visés en voie d’être vendus

Ce n’est pas la seule transaction immobilière importante qui pourrait se tramer dans le secteur. Des terrains situés de l’autre côté du boulevard Perras, propriétés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, sont dans la mire d’un acquéreur.

Le CIUSSS a confirmé avoir obtenu «une promesse bilatérale de vente et d’achat» pour les terrains au nord du boulevard Perras, qui «a été signée le 4 octobre 2018».

L’organisme n’a cependant pas dévoilé l’identité de l’acquéreur.

Au printemps, l’arrondissement avait envisagé de modifier le zonage de ce terrain boisé, qui ne permet actuellement que la construction résidentielle à faible densité. Les élus, qui avaient d’ailleurs tenu une consultation publique à ce sujet, prévoyaient alors d’autoriser la construction institutionnelle.

«Il y a eu un avis de motion, mais nous n’avons pas donné suite à la modification du zonage», a expliqué Dany Barbeau au sujet de ces espaces.

Des promoteurs immobiliers avaient également fait part de leur intérêt en avril dernier.

Une pétition

Des résidents ont manifesté leur volonté de préserver la zone boisée des deux côtés du boulevard Perras.

«On veut un changement de zonage, mais pour que ces zones-là deviennent protégées et demeurent boisées», explique Yves-Michel Henuset, porte-parole d’un groupe de résidents qui a fait circuler une pétition dans le secteur.

«On ne demande pas de raser des maisons pour y planter des arbres, mais on veut simplement le maintien de zones déjà boisées», explique M. Henuset.

Ce dernier rappelle que la mairesse de Montréal Valérie Plante a annoncé sa volonté d’augmenter la surface des zones protégées sur l’île, en les faisant passer de 6 à 10% de l’espace.

 

 

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!