Au moins une pancarte électorale du candidat d’Union Montréal (UN), Nino Colavecchio, a été aperçue dans Rivière-des-Prairies, et ce, un mois après l’élection qui a porté au pouvoir la conseillère de la Ville Cindy Leclerc. Or, après 15 jours suivant une élection, les affiches partisanes sont interdites sur les poteaux ou sur les infrastructures publiques.

Dans ce cas, la Loi électorale prévoit que « la municipalité locale sur le territoire de laquelle elle est située ou le propriétaire des lieux ou des poteaux où elle est placée peut la faire enlever aux frais du parti ou du candidat qu’elle favorise ».

Ladite pancarte a été aperçue sur poteau au coin de l’avenue Ozias-Leduc et de la rue Paul-Letondal.

Informé à ce sujet, l’arrondissement Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles indique que toutes les pancartes ont été retirées sur son territoire.

Si ce n’était pas le cas, la procédure habituelle voudrait que le Règlement de zonage s’applique, et que des inspecteurs de la Direction de l’aménagement urbain et des services aux entreprises avertissent un parti politique ou un candidat de la présence de pancartes. Si celles-ci n’étaient pas retirées dans un délai raisonnable, les personnes responsables pourraient être mises à l’amende. Cette sanction n’a toutefois jamais été mise à exécution.

Chez UN, la directrice des communications, Louise Fournier, indique qu’il y a eu une opération de retrait de toutes les pancartes de son parti. Selon elle, cette opération s’est fait dans les quinze jours suivant l’élection du 11 novembre, soit au plus tard le 26 novembre.

« S’il en reste accidentellement, ça se peut, dit-elle. Ça serait bien involontaire.

« Je pourrais envoyer quelqu’un voir où il en reste. »

Elle affirme que son parti a peut-être oublié certaines affiches, car « des fois, c’est l’entourage immédiat du candidat » qui les installe. « Mais il reste quand même que c’est la responsabilité du parti de voir qu’il n’en reste plus. »

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!