Qui a dit que jeunes et vieux ne pouvaient pas collaborer pour faire avancer la cause des aînés maltraités? Le centre des femmes de Montréal-Est—Pointe-aux-Trembles et le Centre multimédia de l’Est de Montréal ont rassemblé leurs forces pour produire une pièce de théâtre intergénérationnelle dont l’intrigue tourne autour de l’exploitation financière et de la violences verbale, psychologique et physique à l’encontre des aînés.

Cette pièce, intitulée Les saisons de la vie, a été écrite à plusieurs mains au printemps et à l’été. Elle met en scène une quinzaine de comédiens débutants de 16 à 80 ans. Elle raconte l’histoire véridique d’une dame de 77 ans mise à la rue après que son fils eut vidé son compte de banque pour satisfaire sa dépendance à la drogue. C’est le centre des femmes qui l’avait aidé à se reloger.

Les comédiens de la pièce ont été recrutés par le biais d’ateliers. Depuis le début du mois d’octobre, ils ont répété leur texte deux fois par semaine à la maison de la culture de Pointe-aux-Trembles.

La seule et unique représentation a été jouée à guichet fermé le dimanche 9 décembre. Bien que le regroupement eût bénéficié du soutien financier de Service Canada et du ministère de la Famille et des Aînés du Québec, il n’avait pas assez de moyens pour entamer une tournée.

Du théâtre thérapie

Les comédiens de la pièce sont tous des débutants. Ils proviennent de tous les milieux et ne sont pas nécessairement familiers avec les arts en général. Or, il appert que les techniques de théâtre qu’on leur a enseignées leur ont d’ailleurs été bénéfiques à maints égards.

« Des gens qui ne s’exprimaient pas ont maintenant la voix qui porte », se réjouit Gisèle Pomerleau, fondatrice du centre des femmes et coinstigatrice du projet.

« Il y a une grande part de pédagogie dans le travail, explique de son côté le metteur en scène de la pièce Frédéric Jeanrie.

« Ç’a été quand même assez assidu. On a vu une évolution notable, dénote encore le spécialiste du théâtre du corps. Il y a des notions très importantes comme la projection de la voix ou l’appropriation de l’espace » qui ont été explorées.

« Ça a des vertus sociales d’abord, mais c’est aussi un outil parfait pour la confiance en soi », conclut-il.

Un film

Afin de sensibiliser un maximum de Québécois au problème de la maltraitance envers les aînés, les créateurs de Les saisons de la vie ont fait une adaptation cinématographique de la pièce avec l’aide des mêmes comédiens.

Cette vidéo sera produite par le Centre multimédia de l’Est de Montréal, dont l’expertise en production audiovisuelle est reconnue dans le quartier. Donald Berrigan, coordonnateur-réalisateur au centre, a d’ailleurs été le partenaire de Mme Pomerleau dans cette aventure.

Le DVD sera notamment diffusé à travers le réseau l’R des centres de femmes du Québec, qui regroupe une centaine d’organismes. Des discussions sur l’enjeu de la maltraitance des aînés seront aussi au menu.

« On espère pouvoir la présenter dans nos écoles », et ailleurs, pourquoi pas, escompte Mme Pomerleau.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!